dimanche 22 octobre 2017

RANDONNÉE DE CLÔTURE DU CODEP 24 À SAINT-FRONT-DE-PRADOUX

Nous étions 6 représentants de l'Entente Cyclo Le Buisson Périgord (ECBP). Nous avons tous opté pour les 78 km du grand circuit, avec environ 850 m de D+. Il y avait deux autres circuits, un plus petit de 45 km et un intermédiaire de 65 km. Il y avait aussi un parcours de 9 km pour les marcheurs. L'engagement était gratuit pour les licenciés FFCT, et le repas à 13 €.

Arrivés en avance avec François, vers 7h45, nous avons pris le départ vers 8h15 sans avoir vu nos quatre petits camarades, que nous retrouverons seulement après l'arrivée.

Soleil et joli décor…
Nous avons roulé tranquillement, en prenant le temps d'apprécier les paysages, sous un soleil très frais mais cependant agréable.

Nous avons marqué une courte pause pour photographier le château de Jaure. Pour l'anecdote, je signale que Jaure est depuis 2010 l'orthographe officielle du nom de la commune, qu'on trouvait auparavant sous la forme Jaures, encore visible sur les cartes routières non mises à jour.

Château de Jaure
La météo annonçait un temps incertain, mais nous n'avons pris que deux ou trois gouttes de pluie au moment de quitter le ravitaillement de Beleymas.

Avec François au ravito de Beleymas
Nous avons pris beaucoup de plaisir à traverser les forêts de pins, dans un secteur très vallonné. Merci à Alain, du Guidon Saint-Fronnais, qui avait mis au point les circuits. Certains, comme François, ont apprécié d'arriver à Issac, ce qui annonçait la fin des "bugnes", le final étant ensuite quasiment plat.

François à Issac
A l'arrivée, nous avons écouté le discours de Claude Fouchère, président du Guidon Saint-Fronnais et vice-président du CODEP 24, qui a été suivi d'une distribution de coupes.

Claude Fouchère au micro
Le public très attentif a été photographié pour figurer dans le journal (➜ voir l'article sur sudouest.fr : Fin de saison pour les cyclotouristes).

Les Six Compagnons de l'ECBP au premier rang! (photo Alain LEVRAUT)
Après un petit apéro, 75 convives, dont les six Buissonnais, se sont retrouvés à la salle communale pour partager un repas de qualité.

Repas à Saint-Front-de-Pradoux, avec Olivier, Bernard H.,
Bernard B., François dit "Poulou" et Pascal
Ce fut donc une belle matinée sans pluie avec une centaine de participants, dont 22 féminines.

Un grand merci au CODEP 24, au Guidon Saint-Fronnais, ainsi qu'à tous les bénévoles! Et à la prochaine fois!

Claude.
Photos personnelles, sauf mention contraire


LIENS :

➜ Toutes les photos sur Flickr

➜ L'enregistrement sur Strava


dimanche 15 octobre 2017

SOUVENIR "EUGÈNE NÈGRE" AUTOUR DE MAXOU (LOT)

RANDONNÉE CYCLOTOURISTE SUR LES PETITES ROUTES QUERCYNOISES

L'été n'avait pas dit son dernier mot et s'était invité à la concentration cyclotouriste automnale "13ème journée Souvenir Eugène Nègre", ce dimanche 15 octobre 2017.

Souvenir Eugène Nègre
Inscrit au calendrier du CoDep du Lot, cet événement à la fois sportif et très convivial s'est déroulé comme chaque année à cette période, à Maxou, petit village rural lové au fond d'une vallée à une dizaine de kilomètres au nord de Cahors.

Maxou
Afin d'honorer la mémoire du président fondateur des "Cyclotouristes Cadurciens" ainsi que du "CoDep 46", le groupe des Cyclos Randonneurs Flâneurs du Lot avait planifié de main de maître le déroulement de cette journée depuis l'accueil jusqu'au déjeuner!

Vue depuis le lieu d'accueil, à Maxou
Le circuit 'route', concocté et piloté par Michel Ponchet, nous a conduits en groupe sur de petites routes taillées "sur mesure pour le vélo"…

Tous derrière Michel, notre capitaine de route
De vallées en collines, le parcours nous a permis d'échanger agréablement avec les copines et les copains, toutes générations confondues. Nous n'avons pas vu défiler la trentaine de kilomètres et nous avons facilement avalé les 326 mètres de dénivelé.

Tous les âges et toutes les époques!…
Le groupe de cyclotouristes a suivi un itinéraire de toutes petites vallées autour de Maxou, d'abord celle du ruisseau de Maxou, puis la vallée du Vert, et au retour celle du ruisseau de Brouelles. Nous avons ainsi traversé Calamane, bourg adossé à un long viaduc ferroviaire appartenant à la ligne de chemin de fer Paris-Toulouse…

En approche vers le viaduc de Calamane
… puis Nuzéjouls dont le nom occitan signifie "La clairière aux noyers". Avant la traversée du village de Catus, nous avons longé son plan d'eau, le Lac Vert…

Lac Vert, près de Catus
… puis nous avons pris la direction de Saint-Denis-Catus pour bifurquer ensuite vers le hameau de Brouelles et regagner la salle des fêtes de Maxou.

C'est à pied, sous la conduite de Michel Ponchet, que nous nous sommes tous rendus près de l'église de Maxou…

Église de Maxou
… face à la stèle érigée en l'honneur d'Eugène Nègre. Pas de long discours, mais une évocation vraie de souvenirs touchants afin que perdurent les valeurs du cyclotourisme transmises par leurs fondateurs.

Michel Ponchet rendant hommage à Eugène Nègre
A la suite de la cérémonie, un apéritif festif, servi en plein air, a contribué à une ambiance chaleureuse propice aux rencontres et aux échanges tandis qu'un petit groupe de spécialistes nous préparaient un vrai spectacle en tournant et en faisant filer "le ruban de l'amitié" à savoir un aligot géant!

Marie-Ange
Photos : Marie-Ange et Claude

L'aligot
PS : Retrouvez l'ambiance dans la vidéo de Michel Ponchet, sur Youtube


LIENS :

➜ Toutes nos photos sur Flickr
➜ L'article de Michel P. sur le Blog de Pilou
L'article Guy F. sur le site des cyclos de Cahors
➜ L'article sur la Dépêche.fr : Une journée souvenir inondée de soleil
➜ L'article sur lepetit journal : Treizième souvenir

dimanche 8 octobre 2017

RANDONNÉE DE FERMETURE DU CODEP 46 À CARLUCET (LOT)

C'est à la salle des fêtes de Carlucet, charmant village situé au coeur du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, que nous avions rendez-vous le dimanche 8 octobre 2017 pour la concentration de clôture du CoDep 46 (COREG Occitanie).

Les cyclotouristes pouvaient, soit partir de chez eux à vélo et rejoindre le point de rassemblement en empruntant le trajet de leur choix (lien vers l'article de Michel Ponchet), soit s'inscrire gratuitement sur un circuit route balisé par l'organisateur (lien vers l'article du club de Cahors). En effet, afin de marquer officiellement la fin des manifestations cyclotouristes lotoises de la saison 2017, le CoDep 46 avait confié l'organisation de cet événement au Carlucet Vélo Club. Ce dernier avait donc mis au point un circuit route très bien balisé de 65 km, une boucle VTT d'une vingtaine de km et une randonnée pédestre de 15 km, le tout sur le Causse de Gramat.

Pour des raisons de commodité liées à notre trajet en voiture depuis la Dordogne, Claude et moi avons privilégié la formule "clé en main", en partant munis de la feuille de route, les directions à prendre étant très bien matérialisées par un fléchage au sol.

Jolie fille et moutons… à lunettes noires
Nous avions nos propres repères sur la première partie du parcours (de Carlucet au site martyr de Gabaudet) car nous avions découvert cet endroit du Quercy en octobre 2016 (lien vers article). Nous avions été séduits par l'atmosphère des lieux et par le charme automnal de cette région sauvage. C'est donc avec le même émerveillement que nous avons revu les paysages de pierre sèche, les murets qui délimitent les parcelles où paissent les brebis "à lunettes noires".

Murs de pierres sèches
Nous avons retrouvé les villages "étoilés"situés dans le "triangle noir du Quercy", aux nuits épargnées par la pollution lumineuse. Nous avons d'abord traversé Lunegarde avec ses maisons de style local resserrées autour de son église fortifiée…

Église de Lunegarde
… avant d'entamer la descente vers Reilhac.

Étang de Reilhac, village étoilé
Puis vint le plaisir de la découverte à partir de Gabaudet. Nous avons continué de pédaler sur des petites routes peu fréquentées, empruntant même une courte portion du GR6 afin d'éviter le trafic de la D840 et d'effectuer le contournement de Gramat en toute quiétude.

Piste non revêtue
Nous avons marqué une pause sur la place du village de Rignac, au pied d'un platane remarquable. La tradition rapporte que cet arbre majestueux serait un arbre de la liberté planté pendant la période révolutionnaire.

Platane de Rignac
Un peu plus loin, à la sortie de ce village en direction de Rocamadour, nous avons remis pied à terre devant une marmite charbonnière, énorme chaudron qui servait à fabriquer du charbon de bois.

Chaudron de Rignac
Depuis la D36, nous avons pu admirer le château de Roumegouse qui domine le village de Rignac. Ce château qui est aujourd'hui une propriété privée, a longtemps fait partie d'une célèbre chaîne hôtelière et c'est à ce titre qu'il avait accueilli en 1970 le général de Gaulle et son épouse.

Château de Roumegouse
Après avoir rejoint l'Hospitalet, sur les hauteurs de Rocamadour…

Rocamadour depuis l'Hospitalet
… nous avons ensuite amorcé la longue descente vers Cougnaguet, nos regards scrutant les vallées de l'Ouysse et de l'Alzou afin de repérer le col de Mages, qui m'avait donné du fil à retordre l'an dernier.

Vue vers le Col de Mages
Pas le temps de nous attarder car nous n'avions plus qu'une heure pour regagner Carlucet et partager le repas avec les autres participants. Pour moi, fatiguée par l'accumulation des bosses, il était grand temps d'en finir avec un parcours quelque peu exigeant (65 km et 806 m de dénivelé+) mais qui nous a permis de savourer le calme d'une nature encore préservée!

Du côté de la vallée de l'Alzou
Un grand merci aux bénévoles du Carlucet Vélo Club pour leur accueil, leur bonne humeur et toute l'énergie dépensée afin de rendre cette organisation belle, conviviale, adaptée à des pratiques sportives variées (cyclotourisme, VTT et marche).

Ce petit article ainsi que les photos rappelleront de bons souvenirs aux participants et feront peut-être regretter à d'autres leur absence.

Marie-Ange
Photos : Claude

LIENS :

➜ Enregistrement du parcours sur Strava


lundi 18 septembre 2017

ASCENSION DU CALAR ALTO, SIERRA DE LOS FILABRES (ESPAGNE)

Cette troisième sortie avait pour but de franchir un nouveau col à plus de 2000 m, à proximité du Calar Alto… Contrairement aux deux ascensions précédentes, dans la Sierra Nevada, nous avons pu faire un circuit plutôt qu'un aller-retour.

La photo du jour


Arrivée sur le Calar Alto

Les données de la boucle
  • Départ : Gérgal (Province d'Almería, Andalousie)
  • Distance : 58 km
  • D+ : 1579 m (enregistrement GPS)
  • Température moyenne : 24°
  • 2 cols, dont 1 à plus de 2000 m : 
Boucle du Calar Alto

La Sierra de los Filabres et le Calar Alto

La Sierra de los Filabres est la principale chaîne de montagnes de la province d'Almería. Voisine de la partie orientale de la Sierra Nevada, elle n'en est séparée que par le Pasillo de Fiñana, un couloir formé par la haute vallée du río Nacimiento.

Les montagnes de la Province d'Almería (Andalousie)
Le point culminant de la Sierra de los Filabres est le Calar Alto (2168 m), dont le sommet forme une meseta (un plateau). Le mot calar, en géologie, désigne un lieu où la pierre calcaire abonde. Et alto signifie simplement qu'il est haut. Ajoutons que calar peut désigner aussi une carrière de calcaire, d'où l'on extrait la chaux, mais ça ne me semble pas concerner le Calar Alto.

A proximité du Calar Alto, toujours dans la Sierra de los Filabres, on relève d'autres calares: el Calar del Gallinero, el Calar de los Sapos, et même un 'petit' calar, el Calarillo del Vinagre.

L'endroit abrite un ensemble de bâtiments et de coupoles astronomiques qui constituent le Centre Astronomique Hispano-Allemand, inauguré en juillet 1975. Cet observatoire bénéficie de conditions climatiques particulièrement favorables : la faible teneur en vapeur d'eau atmosphérique et le petit nombre de nuits nuageuses permettent des observations efficaces tout au long de l'année.

Centre astronómico hispano-alemán
La région est en effet particulièrement sèche. Au sud-est de la Sierra de los Filabres s'étend même la région la plus aride de l'Europe occidentale, le désert de Tabernas, devenu célèbre depuis que de nombreux westerns spaghetti y ont été tournés dans les années 'soixante'. On se souvient en particulier de la Trilogie du dollar, de Sergio Leone avec Clint Eastwood.

Un western tourné au pied de la Sierra de los Filabres

Caractéristiques de l'ascension du Calar Alto, par la route d'Aulago

Malgré l'appellation "Puerto" de Calar Alto, qu'on observe sur de nombreux panneaux, il ne s'agit pas d'un col. Il n'est donc pas homologué par le Club des Cent Cols. Quelques centaines de mètres à l'est du site, on trouve cependant un col homologué, à plus de 2000 m d'altitude, le Collado del Hornillo (2116 m).

Calar Alto et Collado del Hornillo
Nous avions préalablement repéré au moins trois accès possibles pour atteindre le Calar Alto. Celui retenu lors de la 11e étape de la Vuelta 2017 est le plus dur. Venant de Velefique puis Bacares, il oblige à enchaîner deux montées difficiles : l'Alto de Velefique (culminant à 1800 m) et le Calar Alto (avec une altitude de 2120 m sur la ligne d'arrivée). Pour les chasseurs de cols, cet itinéraire a le mérite de franchir plusieurs collados homologués : Sola, Ramal, Cabañas, Conde et Hornillo.

Profil de la 11e étape de la Vuelta 2017
Le deuxième accès au Calar Alto part de Gérgal. Longue d'un peu moins de 23 km, la montée présente une pente moyenne de 6,1%. C'est par là que nous sommes redescendus.

Coupoles du Calar Alto aperçues au cours de la descente vers Gérgal
Nous avons choisi un troisième accès, par la route d'Aulago. C'est celui qui a été retenu par la Diputación de Almería (l'équivalent de nos conseils départementaux) pour implanter des panneaux destinés aux cyclistes effectuant l'ascension.
  • Départ : Près de l'autoroute A-92, direction Aulago
  • Distance ascension : 29.7 km
  • Altitude du départ : 787 m
  • Altitude du sommet : 2161 m
  • Différentiel : 1377 m (un peu plus en dénivelé cumulé pour cause de brefs passages en descente)
  • Pente moyenne : 4,6%
  • Pente maximum : 9 à 10%
Profil du Calar Alto, depuis le pont sur l'A-92 (route d'Aulago)
En quittant l'autoroute, la route AL-4404 s'élève avec modération durant 6,5 à 7 km avant d'atteindre l'embranchement vers Aulago. C'est l'endroit que la diputación d'Almería a choisi pour situer le départ officiel de l'ascension. A partir de là, on trouve à chaque kilomètre un panneau récapitulatif. On est alors à 23 km du sommet et la pente moyenne annoncée sur le panneau est alors de 5,1%.

Début de l'ascension
Le panneau initial (ci-desssus) annonce une pente maximale tout à fait farfelue de 15,1%. On retrouve la même indication très exagérée sur un panneau situé à 8 km du sommet.

Pourcentages exagérés
D'autres panneaux estiment à plus de 12 ou 13% les pentes maximales sur le kilomètre à venir. J'ignore comment ces chiffres ont été établis, mais selon moi, ils sont loin de correspondre à la réalité. J'ai surveillé mon GPS dans les passages les plus raides de l'ascension et je n'ai jamais vu de pentes supérieures à 10%, ce que confirme le profil obtenu en traçant le parcours sur Openrunner.

Profil de la montée au Calar Alto, sur Openrunner

Le Calar Alto et la Vuelta

Le Calar Alto accueillait cette année pour la seconde fois une arrivée d'étape de la Vuelta. La précédente visite remontait à 2006.

Ce mercredi 30 août 2017, comme par un fait exprès, la jour où la Vuelta est arrivée dans cette région réputée semi-aride, il a plu abondamment! ¡Mala suerte!

Pluie sur la Vuelta 2017
Ce jour-là, le site du Calar Alto était dans la grisaille. On distinguait à peine les coupoles…

Calar Alto aménagé pour accueillir une arrivée d'étape de la Vuelta 2017
Le temps couvert n'a pas empêché le jeune Colombien Miguel Ángel López de se mettre en lumière, en remportant sa première victoire de prestige sur un grand tour, et en devançant au classement de l'étape le futur vainqueur de l'épreuve, Christopher Froome.


Arrivée victorieuse de Miguel Ángel López (photo Internet)
Précisons pour l'anecdote que quelques jours plus tard, Miguel Ángel López a récidivé. Il a remporté une seconde étape sur cette Vuelta 2017, celle qui arrivait à Hoya de la Mora, dans la Sierra Nevada, là où je suis passé il y a deux jours, lors de mon ascension du Pico del Veleta. Coïncidence?


Notre parcours

Nous partons de Gérgal, non sans avoir fait des réserves de boissons et de nourriture. Nous allons le vérifier : il n'y a aucune possibilité de se ravitailler en cours de route.

Pour rejoindre le début de la montée vers Aulago, nous longeons l'autoroute sur 5 km. Le vent vient de l'ouest et il n'est pas négligeable.

Au moment où nous franchissons l'autoroute, une des coupoles de l'observatoire astronomique du Calar Alto nous apparaît au loin, toute petite. Vue d'ici, on a du mal à réaliser qu'elle est à près de 2200 m d'altitude…

Le Calar Alto, aperçu depuis l'autoroute
Nous quittons insensiblement la vallée, toujours face à un vent soutenu. Nous longeons des serres, nous apercevons au loin de nombreuses éoliennes (y aurait-il du vent par ici?), avec en arrière-plan la Sierra Nevada…

Serres et éoliennes
Nous commençons à côtoyer des coteaux à la végétation rase. Au fond, on distingue le Cerro Layón une colline au sommet de forme originale…

Cerro Layón (1123 m)
Ayant parcouru 10 km depuis Gérgal, nous entrons dans la Sierra de los Filabres proprement dite. Les pentes s'accentuent, la température monte et Marie-Ange enlève le coupe-vent…

Sierra de los Filabres
Marie-Ange est inquiète. Elle supporte mal la chaleur et, aussi loin que porte notre regard, nous ne voyons pas d'arbres. Elle a déjà consommé pas mal d'énergie depuis le départ pour lutter contre le vent et celui-ci ne faiblit pas. Quand nous arrivons à l'embranchement vers Aulago, début officiel de l'ascension, l'indication "P. max : 15,1%" qu'elle lit sur le panneau finit de lui casser le moral.

Aulago
Peu après, un panneau nous confirme que la route du Calar Alto est ouverte… Nous sommes ravis de le savoir! Mais ça ne rassure guère Marie-Ange.

Calar Alto abierto
Les kilomètres défilent, jalonnés par les panneaux… Je les photographie tous pour conserver les infos.

Calar Alto à 19 km
La végétation est souvent rase. Mais par endroits, on constate des débuts de reboisement. À partir de là, la route est principalement orientée à l'est. Et comme le vent vient de l'ouest, il ne nous gêne plus.

Aperçu de la végétation
Il y a très peu de constructions sur le bord de la route et elles sont abandonnées.

Maison abandonnée
On observe régulièrement des traces d'anciennes cultures en terrasses, avec souvent des ruines à proximité.

Sur les pentes du Calar Alto
Durant toute la montée, nous n'avons croisé que trois motos et aperçu deux voitures.

Motards d'altitude
A dix kilomètres du sommet, une pinède succède à la végétation pelée des altitudes inférieures. Nous sommes surpris par ce changement de décor inhabituel. Le plus souvent, en haute montagne, c'est l'inverse : en altitude, la végétation rase remplace la forêt.

Cima 10 km
Nous profitons de l'ombre pour grignoter un morceau… et jeter un coup d'œil en direction du sommet. Une coupole de l'observatoire est visible, mais elle encore minuscule… Nous ne sommes pas au bout de nos peines!

Vue du Calar Alto, à 10 km du sommet
La montée se poursuite lentement car Marie-Ange n'est pas au mieux. Et les panneaux continuent de lui saper le moral tout en jalonnant ses efforts, tel un chemin de croix…
Un conseil : ne tenez aucun compte des indications de pente maximale!… Elles sont fausses!

Pente maxi 10,5% : menteur!
Nous finissons par atteindre un refuge, à 1922 m d'altitude. À l'horizon, sur la gauche, on aperçoit la Piedra del sombrerillo, autrement dit la "pierre du petit chapeau" (1963 m).

Refugio
A 6 km du sommet, voici un des très rares endroits où il y a un peu d'ombre sur la route. Autant dire que cette ascension est déconseillée par forte chaleur!

Cima 6 km
La pente devient plus faible et le sommet approche…

Rocher en équilibre
Après plus de 29 km d'efforts, nous atteignons enfin le terme de la montée officielle.

Puerto de Calar Alto : Cima (2154 m)
Peu après, Marie-Ange atteint la zone située entre les diverses coupoles de l'observatoire. Fin de la montée!…

Calar Alto
… puis nous effectuons une petite mise en scène pour que je sois à mon tour sur une photo.

Calar Alto
C'est maintenant que nous nous dirigeons vers notre véritable objectif du jour. Un kilomètre plus loin, nous franchissons en effet un col homologué à plus de 2000 m d'altitude : le Collado del Hornillo. Du haut de ses 2116 m, celui-ci domine d'un petit mètre le Tourmalet (2115 m)!

Collado del Hornillo (2116 m)
En préparant le circuit, j'ai repéré qu'au cours de la descente, nous allions franchir un autre col, le Collado de Venta Luisa (1955 m). Lorsque nous atteignons le panneau Venta Luisa, j'ai un doute à cause de l'altitude indiquée : 1970 m. Mais comme il y a souvent des différences entre les altitudes officielles et celles qui sont mentionnées sur les panneaux, nous prenons quelques photos, à tout hasard.

Venta Luisa, 1970 m
En espagnol, le mot venta désigne une auberge et Luisa est un prénom féminin… Le nom de l'endroit résonne donc comme une promesse… Un rafraîchissement servi par une jolie fille?… Hélas non! Il n'y a là qu'un joli panneau et un carrefour!

Venta Luisa, 1970 m
En fait, le Collado de Venta Luisa se situe 600 ou 700 m plus loin, dans un virage. Je n'ai pas vu de panneau de col (ou alors je n'ai pas fait attention), juste un panneau invitant à faire attention car il y a des risques de verglas…

Collado Venta Luisa, 1955 m
Mais aujourd'hui, le danger ne vient pas du verglas… Sur les contreforts de la Sierra de los Filabres, la température avoisine les 30°.

Panorama
Non! Le danger vient du vent, que nous avions oublié sur la fin de la montée et au début de la descente, mais qui souffle ici en rafales, au point que Marie-Ange se demande si elle va pouvoir finir la balade sur son vélo… Décidément, la balade du jour ne lui réussit guère.

Descente prudente
C'est pourquoi, après 23 km de descente prudente, nous ne sommes pas fâchés d'être de retour à Gérgal.

Retour à Gérgal
Voilà! La boucle est bouclée.

Bilan de nos trois jours en Andalousie : nous avons franchi les 5 cols routiers de la région culminant à plus de 2000 m… et quelques cols de plus, pour le plaisir!

Claude
Photos personnelles, sauf mention contraire

LIENS :

➜ Toutes les photos sur Flickr
➜ Présentation du séjour en Andalousie sur notre site : Andalousie 2017

➜ Le compte-rendu de la première journée : Le Pico del Veleta
➜ Le compte-rendu de la deuxième journée : Le Puerto de la Ragua

➜ Enregistrement sur Strava