dimanche 26 août 2007

WEEK-END DANS LES ALPES MANCELLES

AVEC L'ASSOCIATION DES CYCLOS DE GENTILLY (ACG)

Quand Liliane Challal, présidente de l'Association des Cyclos de Gentilly, m'a invité à ce week-end avec son club, j'ai d'abord pensé que la barre était un peu haute. En tant que vététiste, des parcours de 150 km en vélo de route, je n'en fais pas souvent. Mais l'idée d'aller me balader dans les Alpes Mancelles était très tentante. Alors j'ai dit oui.

Le transport du vélo, des bagages et des personnes, était assuré par le club. L'hébergement du samedi soir était prévu chez Liliane, à La Chointerie (commune de Macé, dans l'Orne).

Samedi soir à La Chointerie (chez Liliane)
Le dimanche matin, le départ a eu lieu dans le brouillard.

Emergeant du brouillard
La plupart des Cyclos de Gentilly savaient dès le départ qu'ils ne feraient pas les 148 km. Mais c'est beaucoup plus tôt que prévu que la balade s'est arrêtée pour eux, après seulement une vingtaine de kilomètres.

Avec Claude B. et Ali
Nous avons donc continué à deux, avec Liliane, et après dissipation des brouillards matinaux, sous un soleil réconfortant.

Liliane à Saint-Céneri-le-Gérei (ph. Claude)
À cause de travaux en cours, Liliane avait noté sur sa feuille de route qu'on ne passerait pas à Saint-Céneri-le-Gérei. Finalement, nous avons pu y aller sans problème, ce qui nous a permis d'apprécier le charme de ce très beau village sarthois.

À Saint-Céneri-le-Gérei
À la sortie du village, nous avons traversé la Sarthe, une première fois, avant de la retrouver à Saint-Léonard-des-Bois.

La Sarthe à Saint-Céneri-le-Gérei (ph. Claude)
Liliane avait donné rendez-vous à son mari (chauffeur du mini-bus) et à ses copains sur la place d'Averton pour un pique-nique partagé. Tout était prêt quand nous sommes arrivés : c'était royal!

Pique-nique à Averton
Avant de repartir pour les 60 derniers kilomètres, une petite photo de groupe s'imposait…

Photo souvenir à Averton
L'arrêt suivant eut lieu devant le château de Lassay, vers le 120e kilomètre, pour grignoter une petite barre de céréales.

Château de Lassay (ph. Claude)
Une trentaine de kilomètres plus loin, après une fin de parcours sans problème, nous sommes arrivés à La Chesnais (commune de Couesmes-Vaucé, Mayenne), chez des amis de Liliane, après 148 km et 1470 m de D+.

Arrivée à La Chesnais
Finalement, j'ai bien encaissé la distance et les heures de selle, qui ont été suivis d'un temps de repos et de partage très apprécié…

La Chesnais
Vélos chargés sur la remorque, l'heure est venue du retour en mini-bus jusqu'à Gentilly.
Je remercie Liliane et ses amis cyclos de Gentilly pour ce week-end à la fois très sportif et très convivial.

Claude
Photos de Liliane, sauf mention contraire

dimanche 3 juin 2007

VTT : RALLYE DES ORCHIDÉES 2007, À BOISSY-ST-LÉGER

CLAUDE AU GUÉ !

Cette photo a été prise lors du rallye des Orchidées, le 3 juin 2007, sur le parcours de 75 km. Merci au Cyclo Club de Boissy de nous prendre en photo sur leur randonnée et de mettre ces photos à notre disposition sur leur site.

Aujourd'hui, pas de compte-rendu. Je soumets juste cette photo à votre imagination et à votre humour ! Soyez drôles mais ne soyez pas trop durs avec moi, S.V.P. ! Merci d'avance ! Naturellement, vous pouvez jouer plusieurs fois !…

Claude

Claude au gué!

Commentaires…

JPB, Posté le samedi 28 février 2009 10:47
Là vous voyez un vététiste, regardez le bien, car dans 2 secondes vous allez voir un nageur-plongeur-démineur !!!… Si si !!!!

JPB, Posté le samedi 28 février 2009 10:48
Et dire que j'engueule mes gosses quand ils sautent dans les flaques d'eau… Pourvu qu'ils ne me voient pas !!!…

Claude, Posté le samedi 28 février 2009 10:57
Ras le bol de la flotte ! Je crois que je vais faire comme les copains : je vais me mettre au pinard !

JPG, Posté le samedi 28 février 2009 14:07
Je m'entraine pour cet été, traversée de la Mer Rouge. Mais dis Moïse, t'avais un truc ? Ou quoi ?

JPG, Posté le samedi 28 février 2009 14:09
C'est une nouvelle forme de pêche. On doit rouler sur les poissons. En cas de pépin, j'ai 2 flotteurs, l'un sur le dos, l'autre derrière, bien posé sur la selle.

JPB, Posté le samedi 28 février 2009 17:46
Je me sens une âme de "desjoyaux", allez je tente le "Vendée-globe"...

Gilbert C., Posté le samedi 28 février 2009 18:20
C'est juste pour laver le vélo!! Toujours ça de gagné !!

Claude, Posté le samedi 28 février 2009 18:58
Putain, Jésus, attends-moi ! Et explique-moi un peu comment tu fais pour pas t'enfoncer dans l'eau !!!

JPB, Posté le dimanche 01 mars 2009 09:51
« Continuez tout droit, continuez tout droit, traversez la nationale 19, traversez la nationale 19 !!!!! »… Il faut que je vérifie en rentrant... Y doit déconner ce GPS !!!!!!...

Claude, Posté le dimanche 01 mars 2009 18:46
Déjà que je fais un sport de "pédales", si en plus, ils nous obligent à fréquenter les gués, je commence à craindre pour ma réputation !

Stephane, Posté le dimanche 01 mars 2009 19:21
Tout ça pour pas laver le vélo à l'éponge quel courage !

Joao, Posté le dimanche 01 mars 2009 20:29
Cette photo coule de source !!!!

Joao, Posté le dimanche 01 mars 2009 20:30
Coule ma poule !!!

Gégé, Posté le dimanche 01 mars 2009 22:31
Je lave le vélo et même les chaussettes et les pieds… C'est toujours ça de moins à faire à la maison!

James, Posté le lundi 02 mars 2009 12:38
Ça me rappelle les 24 heures d'Angers et la traversée de Pouzauges, mais nous c'était de la boue… Berck.............

Michel C., Posté le lundi 02 mars 2009 13:11
Photo montage d'une rare qualité. Réalisme saisissant. Un expert du truquage ! Studios Walt Disney ?
(Heu !… Je n'avais plus trop de choix)

JPB, Posté le mercredi 04 mars 2009 10:53
Claude SINTES, dit "MOÏSE", arriva au bord de la rivière... Il tendit son bras et attendit l'énorme souffle de vent supposé ouvrir les eaux de la rivière en deux!!!… Mais au bout d'une heure, sentant que l'aide miraculeuse ne viendrait pas... en jurant et grommenollant sa déception, se décida et commença à traverser la rivière !!!…

Pat, Posté le mercredi 04 mars 2009 13:00
Claude, t'as pas compris : le triathlon c'est "natation" en premier, mais pas avec le vélo!

JPB, Posté le mercredi 04 mars 2009 19:25
Claude a pris quelques mois d'avance pour le festival de l'OH.....!!!!! C'est Alain CHALLANT qui va être content...!!!

Eric P. dit Ricco, Posté le dimanche 15 mars 2009 19:11
C'est bon mon Claude, tu es prêt pour la "gués-pride". Et n'oublie pas, tu me dois une grosse galoche!!!


Merci à tous ceux qui ont participé, avec beaucoup d'humour, à ce jeu des commentaires!


Claude

NB : Je n'étais pas tout seul à faire le zouave avec les pieds dans l'eau, n'est-ce pas Joao?…

Joao dans l'eau!
Et il y avait aussi des portions sèches ce jour-là, comme le prouve la photo ci-dessous…

Joao, Claude, Lionel et un bout de Christine!
Et même du bitume!

Christine, Joao, Claude et Lionel

lundi 28 mai 2007

PENTECÔTE 2007 À DAMVIX, VENDÉE, par JPB

WEEK-END DU CLUB, DU 26 AU 28 MAI 2007
UN PETIT VILLAGE VENDÉEN QUI NE MANQUE PAS D'AIR : "DAMVIX" !
ET ÇA VOUS FAIT MARRER (POITEVIN) ?


L'AS Brévannaise à Damvix
Samedi 26 mai 2007

Branle-bas de combat : ce samedi matin rendez-vous 4h45 place de la Mairie à Limeil. Comme d'habitude à cette époque de Pentecôte nous nous levons aux aurores pour assouvir notre passion de la “Petite Reine”. Direction : la Sèvre Niortaise à Damvix. Au milieu du Marais Poitevin, patrie de notre Chamois Niortais (quelques-uns lui disent : on aura ta peau de chamois "Niortais" !!! et il répond "Qui ça moi ? "Chamois" ( humour).

Futur habitant de Périgny-sur-Troussepinette (c'est nouveau ça vient de sortir), petite localité refuge de James et Nicole, à la limite de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Maritime, une plaque tournante en somme. Bel endroit ce marais "mouillé".

Je vous passe le voyage en car, conduit par Abdou assisté par Pascal. Une halte est organisée par James à Niort, avec vue sur la rue principale et ses Dragons (il faut avoir vu pour comprendre), la visite est un peu gâchée par un excès "d'humidité", quel déluge, il pleut des cordes, dommage ça nous empêche de visiter le centre ville. C'est comme ça ma pauvre Lu-Lu. On doit faire avec les éléments (le premier qui dit “poil aux dents” descend du car !). Sortis de Niort nous longeons les petits canaux, puis nous passons devant "La Maison aux Volets Bleus", vue sur toutes les cartes postales de la région, et nous arrivons au centre qui va nous recevoir tout le week-end de Pentecôte. Gérard et Berthe nous accueillent, ils ont déjà installé leur maison roulante sur le parking, nous rejoindra également Eric avec une maison identique. Il vient du Bordelais, où il a émigré. Nous prenons possession de nos chambres dans de charmants petits bungalows, trois couples par habitation ; c'est confortable sauf qu'il n'y a que deux salles de bains pour 3 chambres ! La salle de bains de la 3e chambre se trouve dans l'évier de la cuisine !! et c'est James et Nicole, ceux qui ont organisé le séjour, qui s'y collent... un scandale !

Damvix à l'heure du repas
Vite on déjeune dans la salle du resto, et nous sommes fins prêts pour suivre James dans la première rando, ce samedi après midi, le temps est à peu près bien, tout du moins pas de pluie, peu de vent , et même un peu de soleil, ouf ! 90 km environ sont prévus, comme je reprends le vélo après ma chute, je manque un peu de fonds et je coupe les derniers 10 km. Je suis rassuré – même pas mal à l'épaule, aux cuisses, oui !!! Repas du soir dans de très bonnes conditions, les jeunes serveurs et serveuses sont sympas et efficaces. Nous avons l'incommensurable honneur d'avoir à notre table, outre notre vénéré Président, l'inénarrable "JR" et ses histoires qui n'en finissent plus, une histoire de cochon rose et une autre sur un "appontage", pas très clair tout ça, et en plus, le lendemain, il ne se rappellera pas qu'il les a racontées. Sans commentaires !! Nous sommes un peu K.O. et une bonne nuit réparatrice sera la bienvenue. À souligner : la conférence du Médecin du Codec 17 où JR s'est encore distingué en posant de multiples questions appropriées ou non, en rapport avec le liquide avalé plus tôt !!

À Périgny, malgré la pluie…

Dimanche 27 mai 2007

Départ prévu à 8 h, petit-déjeuner à 7h30 "Nom de Dieu, bande de petits salopards, pas de tire-au-cul". Nous suivons rigoureusement les consignes du "Chamois Niortais du Marais mouillé" qui nous a concocté un petit parcours d'environ 70 km, mais paraît-il avec un contrôle secret, inopiné. Nous partons de Damvix avec un ciel menaçant, et un peu de vent. Dès le 20e kilomètre, certains, dont notre Jean-Jo et quelques complices disparaissent. On est un peu inquiets, Maryan avait beau compter et recompter, ça ne faisait pas la maille. Nous avions quand même un regroupement de prévu à la sortie de Saint-Maxire, devant un garage Renault, tiens, tiens !!! Tout le monde s'est donc retrouvé à ce rancart : Arlette, JPG, Mimi, Claude, etc. Nous avons vite compris ce qui allait se passer, lorsque James revenu du diable vauvert, a repris le commandement des opérations et nous a guidés sur une petite route sur la gauche. Surprise ! Un panneau de contrôle trône au premier carrefour, tiens, vous avez dit bizarre ! Puis on est arrivé sur quelques maisons blotties les unes contre les autres, près d'une petite rivière, fief niortais des Savin, une grange était ouverte et l'on a découvert les voisins et amis avec qui ils avaient organisé ce contrôle surprise. Nous avions à disposition gâteaux divers et boissons à profusion, et en plus la "potion magique" du petit village, préparée par le Druide-Ami, spécialité du coin, la Troussepinette. Je vous la recommande fortement. D'ailleurs, sur le retour, Jean-Michel Baquet qui suivait notre train soutenu à plus de 29 km/h, nous avouait ne jamais avoir roulé aussi vite, si longtemps. La "potion magique" !! Heureusement qu'il n'y a pas eu de contrôle anti-dopage à l'arrivée. Cette fin de parcours a été accompagnée de pluie et de vent, qu'est-ce qu'on a pris !! La douche d'arrivée était la bienvenue. À signaler la chute de James, roulant sur Jean-Pierre, sans dommages heureusement pour les deux.

Damvix : prêts à décoller!
Après le repas, comme le parcours a été bien arrosé – les fontaines à vin ont fonctionné à merveille – tout le monde a été convié à embarquer dans notre car direction La Rochelle. Le soleil était revenu, balade sur le port, la mer était un peu nerveuse, le vent du large soufflait fort. Tous les cafés avaient les écrans de télévision allumés et retransmettaient "Dax - La Rochelle", que malheureusement les Rochelais ont perdu 14-22. Aie... Nous, on a eu du bol pour notre balade touristique car 1/4 d'heure avant de ré embarquer dans le car, le ciel s'est assombri grave, et l'on a fait le retour à Damvix sous le déluge. Le court temps du retour, et le soleil était revenu. Le temps change vite en bord de mer.

Le traditionnel "apéro" nous attendait au retour dans notre résidence. Repas + spectacle cabaret : en effet au cours du repas Alain V. (que nous ne nommerons pas) et JR nous ont offert un demi strip-tease dirons-nous "tauromachique". Les autres touristes présents n'en sont pas encore revenus. Quelle ambiance !! Pour se remettre de ces émotions : tout le monde à l'eau dans la piscine chauffée à bloc, nous avons à peine entendu l'orage qui a sévi en fin de soirée. En rentrant du bain, petit coucou aux piliers de bar, je ne nommerai personne, et vers 23h, retour au bungalow... où James a été fortement invité à offrir une tournée de cognac "frelaté" (vous savez celui qui a un goût de pommes, celui dont Bernard Blier a connu quelqu'un qui a dû arrêter d'en consommer car il devenait aveugle !!!. Au Président, à tous ceux réveillés... présents. Quelle journée, on ne s'ennuie pas à l'ASB Cyclo.

Lundi 28 mai 2007

Là-dessus courte nuit pour, ce lundi jour de retour, faire la dernière petite balade, fortement ventée, autour de Damvix, avec les femmes, une quarantaine de bornes de "décrassage musculaire", de façon à être prêts à libérer les chambres, déjeuner et se réinstaller dans le car pour le retour.

Départ prévu vers 15h, nous laissons Eric, Gérard et Berthe, sur le parking de Damvix. Direction l'autoroute qui va nous ramener à Limeil, via Niort, Poitiers, Paris "tout le monde descend". Anecdote pas banale sur le trajet retour, Michel Mordelet en relation téléphonique avec son fils gendarme, arrivent à se croiser sur une aire commune d'autoroute entre Niort et Poitiers. Eux, les gendarmes, redescendant à La Rochelle pour des manoeuvres, et nous remontant de notre périple vélocipédique (c'est pas un gros mot), le hasard fait quelquefois bien les choses. Il nous a suffi de franchir la passerelle d'autoroute pour se retrouver devant la machine à café, entourés d'une centaine de gendarmes, ça fait tout drôle, on se demande soudain si l'on a bien tout payé ses PV, et on est prêt à présenter ses papiers !! C'était sympa de revoir ce jeune homme qui de temps en temps venait rouler avec nous (avant qu'il soit militaire bien sûr, et que ses fonctions l'éloignent de Brévannes).

Arrivée à Brévannes vers 19h. Impeccable ! Le camion de Laurent est là également, synchro. Il recommençait juste à pleuvoir ! Il y avait longtemps.

Vivement la prochaine sortie.

Cyclosportivement vôtre,

JPB

La presse en parle

dimanche 22 avril 2007

DOUBLÉS DE LÉGENDE

SAMEDI 21 ET DIMANCHE 22 AVRIL 2007

LES CHAMPIONS…

Depuis les origines, les amateurs de vélo admirent les exploits des champions. Bien des exploits isolés resteront naturellement des monuments... Mais ce qui crée le mythe, l'une des marques de fabrique des champions d'exception, c'est le "doublé de légende". Parmi les grands doublés de légende qui ont laissé leur empreinte dans l'histoire du cyclisme, j'évoquerai le premier doublé "Giro - Tour de France", réalisé par le Campionissimo Fausto Coppi en 1949, le premier doublé "Tour de France - Championnat du Monde sur route", réussi en 1933 par le Français Georges Speicher, imité en 1954 par Louison Bobet. Personnellement, j'ai un petit faible pour le célèbre enchaînement Critérium du Dauphiné - Bordeaux-Paris avec deux victoires à la clef pour Jacques Anquetil en 1965. Pour ceux qui ne connaissent pas l'histoire : cette année-là, "Maître Jacques" remporte le Critérium du Dauphiné, que l'on appelle " le petit Tour de France " et qui se dispute du 21 au 29 mai, puis après la cérémonie du podium le samedi vers 17h, prend l'avion pour Bordeaux, se retrouve au départ de Bordeaux-Paris le dimanche 30 mai à 3 heures du matin pour une épreuve de 557 kilomètres, qu'il remporte également ! Pour Eddy Merckx, le Cannibale, les doublés de légende sont monnaie courante... Il est notamment le seul à avoir réalisé trois doublés "Giro - Tour de France" (1970, 1972, 1974), deux doublés "Tour de France - Championnat du Monde sur route" (1971, 1974) et j'en passe...

… ET MOI !

Longtemps, les exploits des champions m'ont fait rêver. Le cyclisme moderne m'intéresse beaucoup moins. Maintenant, ce sont mes propres défis qui me font rêver... Et pour m'inscrire dans la tradition des Géants de la Route, il me fallait relever un défi grandiose, un doublé historique jamais réalisé, en tout cas pas dans mon immeuble, et placer la barre à un niveau que seul un champion d'exception, tel un Michel Mordelet* au meilleur de sa forme, serait capable d'égaler, voire de dépasser! Je plaisante, bien sûr ! En réalité, moi qui suis loin des meilleurs sur la route aussi bien qu'en VTT, il me fallait trouver un "truc à moi", un défi innovant où je serais facilement le meilleur puisque je serais tout seul à le faire !

En 2006, j'eus donc l'idée de réaliser un doublé "longues distances", la première sur route (parcours supérieur à 200 km), la seconde en VTT (parcours supérieur à 50 km), sur deux jours consécutifs ! Pari réussi puisqu'en avril 2006 : après l'Audax de Villecresnes et les 200 km sur route du samedi, j'ai effectué le lendemain le parcours de 55 km VTT à la Jean Racine (Saint-Rémy-lès-Chevreuse), l'une des randonnées VTT les plus difficiles de l'Île de France, avec 1600 m de dénivelé positif.

Mais cette réussite ne me comblait pas car j'avais eu peur du 70 km proposé à la Jean Racine, me contentant timidement du 55 ! Défi 2007 donc : faire mieux qu'en 2006 ! Le calendrier m'offrait cette possibilité puisque, le samedi 21 avril, était proposé un parcours sur route de 210 km au brevet Audax de Villecresnes et le lendemain, dimanche 22, figurait de nouveau au programme la fameuse Jean Racine, avec au menu un 75 km offrant plus de 2000 m de dénivelé positif!!!

LE DÉFI

Samedi 21 avril 2007

Première étape donc, le samedi : pas de problème particulier pour le brevet Audax. Un peu dur de se lever à 5h30, mais c'est vite oublié. Beau temps. Bonne ambiance, comme d'habitude. Toujours les motos pour arrêter la circulation et nous ouvrir la route. Une moyenne légèrement inférieure à 24 km/h, c'était jouable. Les seuls éléments franchement usants dans ce parcours : les 9h de selle, et remonter sur le vélo après le repas gastronomique un peu dur à digérer. De plus, l'inconfort de la selle n'est pas propice pour faire la petite sieste de l'après-midi. Bilan en fin de journée : de bonnes sensations, pas de fatigue musculaire excessive, aucune douleur. Prêt pour la suite des opérations !

Dimanche 22 avril 2007

Deuxième étape. Première difficulté, se lever une deuxième fois à 5h30. J'ai failli me dégonfler à cause de ça. Mais bon, je me suis levé, j'y suis allé... Deuxième difficulté : le programme de la journée qui s'annonce a tout de même une petite allure d'épouvantail! Très modestement (je ne voudrais pas qu'on pense que j'exagère!), je vous mets le commentaire figurant sur le site Internet des organisateurs…

« ATTENTION 2000 m de D+!!
Ce parcours est taillé pour ceux qui veulent se surpasser. Éprouvant plus par le dénivelé que par la longueur, il vous faudra franchir les 2000 m de dénivelé positif pour en venir à bout. Basé sur le même parcours que le 55, il vous réserve beaucoup de plaisir, mais attention il faudra avoir les jambes. Cette année la distance supplémentaire se trouve au départ et dans les Vaux de Cernay, ce qui signifie que cette dernière vous réserve des surprises et des souffrances… »


Ça fait un peu peur, non ! Alors : le mieux, c'est de ne pas trop réfléchir et d'y aller !

Mes potes : Joao, Daniel et Pascal, prêts à démarrer...
Et les trente premiers kilomètres se sont bien passé. C'est après que ça a commencé à être dur. Le deuxième tiers du parcours comprenait une impressionnante série de côtes quasiment impossibles à gravir sur le vélo. Or la randonnée pédestre, c'est mieux sans avoir à pousser un vélo! Autre difficulté : les descentes! Des descentes raides, techniques, faites avec les mains sur les freins et la roue arrière presque constamment en dérapage... Franchement, ce n'est pas ce que je préfère dans le VTT. Du plat? Pratiquement rien dans cette portion du parcours. Bref, usé moralement encore plus que physiquement, je commençais à me demander s'il n'était pas plus sage de renoncer aux dernières “petites rallonges” du 75 bornes pour se contenter d'un 55 légèrement arrondi à 60...
Joao, qui après des ennuis mécaniques (plusieurs bris de chaînes) avait renoncé à accompagner Pascal sur un “75” mené à train d'enfer, avait décidé de rester avec moi pour les 50 derniers kilomètres. Et lui aussi commençait à envisager de prendre les “raccourcis”. C'est alors qu'une rencontre s'est avérée décisive. Un jeune homme prénommé “Tof” (Christophe), que nous avions encouragé quelques minutes plus tôt lorsqu'il avait ressenti ses premières crampes, nous dit en nous voyant plus que perplexes devant le panneau indiquant la bifurcation “55-75”: « Si vous faites le 75, je le fais avec vous... »
Intervention décisive! Nous resterons finalement ensemble jusqu'au bout du 75 et je réussirai mon pari! Merci Joao, merci Tof! Sans vous, je me serais sûrement dégonflé avant la fin.

Après plusieurs nouvelles réparations sur la chaîne de Joao, un arrêt prolongé au 3e ravito pour attendre la livraison d'eau (indispensable compte tenu de la chaleur estivale en cette fin avril!) et une fin de parcours un peu plus dynamique (l'odeur de l'écurie?), nous avons terminé vers 16h après 6h30 de vélo (+ deux heures d'arrêts divers) et une moyenne d'environ 12 km/h. Je reconnais, c'est pas beaucoup, mais essayez donc de faire mieux sur un parcours qui rappelle la Gamelle Trophy (pour ceux qui connaissent) mais avec 25 km de plus et le double de dénivelé!!! (Pascal, ce commentaire n'est pas pour toi! Je sais que tu fais mieux, sans problème, mais les extraterrestres sont hors concours!)

Il y a du pourcentage sur la "Jean Racine"!** 
Voilà. C'est terminé, mais que ce fut dur! Quand je suis rentré chez moi, je n'étais pas fâché d'en avoir terminé avec ce week-end de folie. Je ne renouvellerai pas l'exploit en 2008. En effet, je me rends compte que les parcours trop techniques ou trop “sportifs” en VTT ne me procurent pas le même plaisir que les randonnées de balades... Enfin, je dis toujours ça sous le coup de la fatigue, mais sait-on jamais? Je ne peux pas nier, comme je l'ai dit à propos de la "77", que les défis me motivent aussi... Alors???

En tout cas, je lance le défi : qui tentera l'aventure d'un nouveau doublé “de légende” en 2008??? Oui, je sais, “légende” est quelque peu exagéré mais mon orgueil rétrospectif est tout simplement proportionnel à ma fatigue du moment... Et j'ai du mal à cacher la fierté qui m'habite (Jean-Pierre B., pas de commentaires, je te prie!)...

Allez les jeunes (et les moins jeunes?)! A vous de jouer!

Claude

* Michel est un ami, membre de mon club de vélo, excellent sur route comme en VTT!

** Sur cette photo, on peut admirer l'élégante posture du crapaud grimpeur de ”murs“... Je serais curieux de connaître le pourcentage de la pente à cet endroit ! Les arbres, bien verticaux, sont là pour prouver que la pente n'a pas été artificiellement accentuée par une adroite rotation de l'image !...
Pour ceux qui ne pratiquent pas le VTT, une remarque technique : le buste penché en avant n'a pas pour fonction d'améliorer la pénétration dans l'air !... Il s'agit juste de ramener suffisamment le centre de gravité vers la roue avant afin d'éviter qu'elle ne se soulève, provoquant la chute en arrière ou, au minimum, le pied à terre et la suite de l'ascension... à côté du vélo !…


dimanche 15 avril 2007

SOUVENIR DE LA 14e RANDONNÉE BRÉVANNAISE

Bref aperçu de ma matinée de bénévole, illustré avec les photos prises par mon ami Joao

7h35 : Prêt pour aller flécher le parcours familial en compagnie de Christine… Dans la musette et le sac à dos : le matériel pour flécher…

Michel, Claude et Christine (au fond : Maryan et Alain V.)
11h40 : Petite pause ravito avec les enfants que nous accompagnions sur le parcours familial…

Claude au milieu des enfants inscrits sur le "15 km" familial
Pour encadrer le groupe, il y avait aussi Olivier et Christine

Au centre : Olivier et Christine
Et puis Joao!

Joao : autoportrait…
13h33 : Mission accomplie! Les enfants sont bien rentrés, sans le moindre incident. Retour au bercail et retrouvailles avec les "filles" qui assuraient un ravitaillement sur le parcours VTT.…

Anaïs, Claude (de dos), Lauriane, Mary et Christine
15h48 : Débriefing! Alain cherchait à me montrer quelque chose en rapport avec le tracé de la randonnée VTT…
Alain : "Mais si ! Je te dis que c'est là !"
Claude : "Arrête ! Tu me fais loucher !"


Claude et Alain V.

dimanche 1 avril 2007

CYCLOSPORTIVE : MA "77" EN 2007

Yves
Article dédié à Yves (photo ci-contre), avec mes remerciements pour cette expérience de réussite et d'efforts partagés.

Cela faisait plusieurs années que j'envisageais de faire une cyclopsportive.

Échec en 2006!

En 2006, je me décide enfin à m'inscrire sur la 77. Et puis, par un curieux concours de circonstances, je me retrouve inscrit simultanément sur la formation d'initiateur à la FFCT. Du coup, entraînement réduit presque à néant. Je me retrouve au départ en n'ayant pas enfourché mon vélo de route depuis un mois et demi ! Il faut être fou ! De plus, il pleut ; au lieu de s'échauffer avant le départ, on reste 40 minutes sans bouger ! Suivant les conseils de mon pote Michel, un connaisseur, je démarre trop vite ! Les conseils de Michel sont excellents... pour Michel ! Pas pour moi ! 34 km dans la première heure, 26 dans la seconde ! Ça va trop vite pour prendre le temps de boire ! Je cumule les erreurs ! Et je le paye cash : je m'offre des crampes comme je n'en ai jamais eu ! Les deux jambes tétanisées, sans pouvoir décrocher les pieds des pédales automatiques ! Coincé sur mon vélo et aggripé à une glissière de sécurité, en attendant que des bénévoles de l'organisation passent par là pour me "décoincer" ! Je renonce au 77e kilomètre (c'est ça que ça voulait dire la "77"?). La fin du parcours dans la voiture balai (en réalité, un vieux bus très pittoresque)... sous le soleil ! C'est maintenant qu'il sort, celui-là !

J'en ai bavé ! Je n'ai pas du tout apprécié cette première expérience ! Mais je n'aime pas rester sur un échec. Je me promets donc d'y retourner en 2007 ! Mieux préparé!…

Retour en 2007 !

Au départ, je suis bien décidé à ne pas reproduire les erreurs de 2006 ! Je me suis mieux préparé. Je sais qu'il faudra que je pense à boire et à m'alimenter correctement, que je ne parte pas trop vite... Mais surtout, Yves a accepté de faire cette cyclosportive en ma compagnie pour me soutenir dans mon entreprise. Avec lui, le "métronome du vélo", je suis sûr d'aller au bout. Je me sens en confiance ! Nous sommes côte à côte sur la ligne de départ. Au départ, nous réussissons à intégrer un groupe qui roule bien jusqu'au 50e kilomètre (environ 30 km/h de moyenne). Le groupe ayant explosé dans la première bosse, nous nous retrouvons à deux et nous nous relayons pendant plus de 100 km. De temps en temps, nous rattrapons des gars qui manifestement sont cuits et qui, soit décrochent tout de suite (il faut dire qu'on assure un bon train), soit ne prennent pas les relais sous prétexte de crampes, de maux de ventre ou autre... et nous franchissons ensemble la ligne d'arrivée... Chacun ayant eu ses bons moments et ses moins bons, mais toujours ensemble...

Ce fut une belle expérience de partenariat amical et ça restera de ce point de vue un excellent souvenir. Encore merci Yves ! Je suis allé au bout du défi que je m'étais fixé et j'en suis très content. Je m'étais donné 6h pour faire les 150 km et j'ai mis 5h15. Je termine 1014e et Yves 1015e (dans la même seconde) sur 1165 au départ et quelques 1065 classés. Pas brillant, certes, mais à 28 km/h de moyenne, j'étais à mon maximum compte tenu de l'entraînement que j'avais. La moyenne reste tout de même tout à fait honorable si l'on considère que nous avons fait une centaine de kilomètres en nous relayant à deux...

Cette expérience m'a aussi appris quelque chose sur moi-même : je n'aime pas suffisamment la “performance” pour accepter d'aller m'entraîner par obligation. Je n'aurais pas pu m'entraîner davantage parce que ça m'aurait agacé... Me sentir obligé d'aller pédaler pour atteindre un objectif, ce n'est pas mon truc! Je préfère faire du vélo par plaisir, par envie ! Et en même temps, ça fait partie de moi de me lancer des défis comme ça... J'ai d'abord pensé que je ne ferais plus de cyclosportives... Mais sait-on jamais ? C'est quand même assez excitant, comme expérience... Peut-être me reverra-t-on au départ en 2008 ?!...

Claude

Claude…
et Yves, frères siamois sur la 77 en 2007...