dimanche 12 octobre 2008

WEEK-END VTT 2008 : AUBIGNY-SUR-NÈRE ET COSNE-SUR-LOIRE

BEAUCOUP D'ENVIE ET UN PEU DE CHANCE
SAMEDI 11 ET DIMANCHE 12 OCTOBRE 2008


Bon, d'accord, nous sommes des privilégiés ! Joao et moi avons participé à la randonnée VTT de Cosne-sur-Loire. Pour moi, c'était la troisième année consécutive et je ne le regrette pas ! Quel week-end sympa !

Au départ, c'est vrai, on devait y aller en groupe ! Près de 25 participants pressentis ! Et puis les aléas des réservations de gîte nous ont obligés à annuler le week-end des vététistes ! Dans le gîte d'Aubigny-sur-Nère (CRJS), il ne restait que dix places, à cause d'un groupe de rugbymen surdimensionnés qui ont choisi bêtement ce week-end-là pour se retrouver... Quelle idée ! Mais bon, vu leur gabarit, on ne leur a pas disputé la place ! Moi dans ces cas-là, quand on me dit « mêlée », j'obéis, je les mets, les bouts !!!

Mais dans un coin de ma tête, je n'avais pas totalement renoncé à participer à cette rando particulièrement à mon goût. À l'approche de la date fatidique, j'informe mon pote Joao que je suis prêt à y aller et à dormir dans ma voiture pour pouvoir renouveler l'aventure ! Mon projet intéresse bougrement Joao ! Cependant, nous décidons d'attendre les prévisions météorologiques avant de nous décider ! Le week-end précédent (5 octobre), au Plessis-Trévise, le temps médiocre nous refroidit un peu, mais la météo prévoit du beau temps pour le 12 ! Ça s'annonce bien !

Sur ces entrefaites, le lundi précédant la randonnée, je reçois un coup de fil de Jean-Claude B., l'un des responsables de l'ASPTT Paris. Nos amis ont réservé les dix places dont nous n'avons pas voulu, et suite à une défection, il leur reste une place sur le gîte. « Est-ce qu'il y a quelqu'un de chez vous que ça intéresse ? » me dit-il. Tu parles, Charles ! Je veux, mon neveu ! Joao et moi décidons d'en profiter. Nous tirerons le plus jeune à la courte paille pour savoir qui dormira par terre, dans la salle de bains !!! (je suis conscient de l'ambiguïté de cette phrase, mais je l'aime bien comme elle est !!!). Lorsque nous retrouverons sur place nos amis postiers, nous apprendrons qu'une seconde défection de dernière minute nous permet de bénéficier d'une chambre pour nous deux ! Chouette ! Je ne serai pas obligé de dormir dans la douche !

CRJS d'Aubigny-sur-Nère
Samedi 11 octobre, Aubigny-sur-Nère

Samedi après-midi, le temps est très agréable, à peine frais. Joao et moi faisons une petite balade dans les environs d'Aubigny-sur-Nère : bords de la Nère, étangs, champs... On essaye de trouver un sentier qui aurait dû être balisé (un GR de pays, en principe !) : un seul repère en 10 km ! Y'a comme un défaut !!! Ça ne fait rien ! On fait quand même 27 ou 28 km, histoire de tourner les jambes en profitant un peu de quelques beaux paysages, que Joao prend plaisir à photographier.

Entrée du Château d'Aubigny-sur-Nère
La cour intérieure du Château
Dans les environs d'Aubigny
Retour par la route
CRJS d'Aubigny-sur-Nère: nous retrouvons nos amis de l'ASPTT Paris

Samedi 11 octobre à Aubigny-sur-Nère : le dîner

Le soir, à cause de ces satanés rugbymen, nous sommes refoulés du gîte (c'était prévu, je vous rassure !) et nous sommes OBLIGÉS de dîner dans un petit resto, en compagnie de nos amis de l'ASPTT Paris ! Au menu : quelque mangeaille plus qu'honnête, un petit vin qui glisse bien, et de la rigolade à volonté ! Le tout précédé par un petit apéro et suivi par une petite prune « maison », offerts par nos chers postiers ! Ils ont du savoir-vivre, les bougres ! Et de la bonne humeur à revendre ! Non, le terme n'est pas approprié ! De la bonne humeur à partager ! Gratuitement ! Et de bon cœur ! Merci, mes braves !

Un petit resto sympa!

Dimanche 12 octobre: Le Rallye des Vignobles


Petit déj' très matinal
Le dimanche matin, petit-déjeuner très convivial, bien que très matinal!... Ça rigole déjà pas mal à notre table ! Les rugbymen ? On ne les entend pas ! Sages comme des images ! Le menu de la veille, façon gîte « jeunesse et sport », n'a pas dû être aussi arrosé que le nôtre !

Pendant que nous achevons le chargement des vélos, Jean-Claude prend les devants pour se rendre sur place et payer les engagements pour tout le groupe ! Une crème, ce Jean-Claude !

Chargement des vélos
Derniers préparatifs…
Françoise est déjà prête : elle a l'air pressée d'en découdre...
Quand nous arrivons sur le site de départ, nous jetons un coup d'œil pour tenter d'apercevoir notre ami Charly qui devait faire la route le jour même... Comme il n'a pas l'air d'être là, nous n'avons plus qu'à nous élancer sur le parcours qui borde le canal latéral à la Loire. Avec un peu de brume et un temps un peu couvert en ce début de matinée, il fait un peu frisquet. Mais l'atmosphère a cette lumière particulière des matins d'automne, et déjà on se dit : qu'est-ce qu'on a bien fait de venir ! Nous saluons Serge, de l'US Créteil, un gars très sympa qui est venu avec un groupe de gamins et une forte délégation de Cristoliens (en comptant les routiers, ils sont une quarantaine !). Ça fait plaisir de les voir ! On salue aussi quelques mariniers qui naviguent sur le canal…

Sur les bords du canal parallèle à la Loire
Et puis, les choses sérieuses commencent : première côte, premiers vignobles... et premiers paysages superbes qui justifient le déplacement : les brumes matinales au-dessus de la Loire, vues depuis le sommet du coteau, les pieds dans les vignes... La montée a été « chaude » ! On peut déjà enlever le polaire !

Des vignes...
… et puis des vignes...
... et encore des vignes!...
La suite du parcours : une succession de paysages plus beaux les uns que les autres ! On fait le tour des coteaux qui cernent Sancerre, village perché que l'on aperçoit au loin, sous tous les angles... Après 25 km de montagnes russes dans les vignobles, nous arrivons enfin au premier ravitaillement, non sans avoir gravi une sacrée côte ! Le petit Sauvignon, dégusté dans les « Caves de la Mignonne », ça se mérite ! Et au son de l'accordéon, pour faire bonne mesure !!!

Les Caves de la Mignonne : sur un air d'accordéon
Quant à la “Mignonne”, je ne saurais dire si c'était la jeune fille qui jouait de l'accordéon ou l'une des charmantes hôtesses qui nous servaient à boire, à volonté !!! (Je savais bien que j'allais faire des envieux!)

Alain et Joao à l'entrée des Caves de la Mignonne
Petite surprise au moment de repartir : les panneaux annoncent : à droite pour le 45 ! A gauche pour le 65 ! Nous qui pensions être engagés sur un 55, nous sommes perplexes... 10 bornes de plus, sur un parcours vallonné, ça compte ! Mais comme personne ne nous attend, et que je ne me sens pas le cœur d'écourter un tel plaisir, je me déclare partant pour le 65, à mon rythme ! Et pour les jambes, on verra bien !

Longues montées, des vignes et encore des vignes, à perte de vue, d'adorables petits villages au creux des vallées et le soleil qui semble vouloir percer... Que du bonheur ! À condition de tenir le choc dans les côtes qui sont vraiment sévères... Et quand j'arrive en haut : sourire à mon photographe personnel, sacré Joao, qui a eu le temps de se recoiffer, de sortir son bel engin (je veux parler de l'appareil photo) pour m'immortaliser en plein effort ! Le second ravito arrive plus vite que prévu. Ça se passe cette fois chez un petit producteur qui nous fait également apprécier les produits de sa terre... Je ne saurais dire de quel cépage il s'agissait... Sancerre ? Pouilly ? Allez savoir ! Ce qui compte, c'est que ça désaltère, non???

La fin du parcours, sous le soleil, ne manque pas de charme non plus ! Encore quelques photos… J'essaye d'arriver en haut d'une énième côte sans poser pied à terre…

Quel décor!
Ça grimpe dur, mais quel plaisir!
Encore de beaux paysages…




Et Joao devant son château…



Finalement, nous voici revenus sur les bords du canal qui longe la Loire. Mon compteur n'indiquant “que” 60 kilomètres, je m'attends à un retour sur les bords de Loire, mais non ! À ma grande surprise, nous arrivons directement sur Cosne.

Sur le site d'arrivée, retrouvailles avec nos partenaires de l'ASPTT, dans une ambiance festive…Sandwiches, merguez-frites…

Ambiance festive, avec dans la foule, des Cristoliens
Alain et Claude: le sandwich de l'arrivée
… séances de bronzage sur l'herbe (on a failli avoir des coups de soleil !), et encore quelques parties de rigolades…

Pique-nique et relaxation...
Autoportrait de notre photographe...
Le tout entrecoupé de démonstrations de twirling-bâton et autres évolutions de majorettes locales, sonneries de cors de chasse par un petit orchestre de musiciens en costume typique, etc.

Un spectacle aux "couleurs locales"
Et pour finir, discours des notables et remise des coupes, dont une pour nos amis de l'ASPTT, récupérée sur l'estrade par nos charmantes partenaires, Françoise et Jocelyne !

En attendant la remise des coupes
Merci au sponsor!
Une coupe pour Françoise et Jocelyne
Au total, plus de 3600 sportifs ont participé à cet événement ! Plus de 1700 routiers, environ 1300 marcheurs et 600 vététistes !

Ce week-end s'est achevé par le retour sur l'Île-de-France, dont nous avons su mépriser les embouteillages avec hauteur, la tête encore pleine d'images ensoleillées et festives ! Et le cœur plein de joie après ces magnifiques moments partagés avec mon ami Joao !

Claude
Photos de Joao

dimanche 22 juin 2008

VTT A VERNEUIL-L'ÉTANG

Ceux qui se sont dégonflés à cause de la petite pluie matinale ont eu tort... Ce fut une matinée très sympa et finalement très ensoleillée…

Charly, Christine, Thierry et moi n'avons pas regretté d'avoir fait le déplacement. Le circuit était, comme d'habitude, très agréable. Varié et mouillé à souhait avec ses nombreux passages de gués…

Thierry L. au gué!
Un seul regret : un problème de fléchage à Ozouer-le-Voulgis (défléchage sauvage!) qui nous a obligés à faire quelques kilomètres par la route avant de retomber sur le circuit pour un final un peu arrosé par une belle averse de courte durée !

Petite anecdote… Pour le cliché ci-dessous, le photographe n'a pas été assez rapide, désolé ! Quand j'ai sorti l'appareil (en réalité : mon téléphone portable), Christine était quasiment couchée dans l'eau ! Ça lui apprendra à vouloir chahuter avec les copains ! Car c'est en voulant arroser Thierry, qui lavait consciencieusement son vélo dans la rivière, que Christine a perdu l'équilibre et... plouf ! Heureusement, avec le beau temps, et même la chaleur qu'il faisait à ce moment-là, la fraîcheur du "fondement" fut, semble-t-il, supportable sur la suite du parcours...

Christine et Thierry... au loin!
Pour finir, il faut souligner l'accueil chaleureux de Memel et de sa bande ! Et la promesse de se retrouver très bientôt sur une rando !

Claude
Photos personnelles

dimanche 8 juin 2008

RALLYE DE MONTGERON : VTT ET ROUTE

LES VÉTÉTISTES

9 vététistes ont répondu présents à ce rendez-vous ! Bravo à tous !

A l'arrivée, Lauriane est récompensée par une coupe…

Lauriane
Pour ceux qui ont fait le grand parcours (60 km), un petit tour par la forêt de Rougeau a permis d'admirer un superbe panorama sur la Seine…

Claude

LES PROGRÈS DE DAMIEN...

Premier rallye de 60 bornes en VTT pour Damien ! Bravo à lui ! Sans compter le trajet aller-retour depuis son domicile. Au total quelques 70 km ! Félicitations jeune homme ! Tu as super bien tenu le coup !

Claude

Damien

LES IMPRESSIONS DE THIERRY...

Quel plaisir dimanche de rouler dans la forêt ! Enfin la nature se réveille ! Il était temps... Je sais pourquoi je fais du VTT ! Bien sûr, il faut suivre les TGV mais sur les 40 premiers kilomètres, les jambes sont là et on en prend plein les yeux ; les écureuils qu'il faut éviter, les chevreuils qui démarrent à notre arrivée, les paysages de la Seine en contrebas... Nous sommes vraiment en pleine nature... Bien sûr, ça glisse sur les racines et les chutes sont nombreuses. Une seule crevaison, mais pour Damien et moi, ça nous permet de nous reposer ! Les 15 derniers kilomètres sont très plats mais c'est dur ! Heureusement que Claude nous traîne...

Thierry L.

Thierry
RALLYE ROUTE

A noter qu'il y avait aussi, à Montgeron, un rallye pour les routiers… On en voit ici quelques-uns (et unes) à un ravitaillement…

Au premier plan : Marie-Ange, Isabelle, Jean-Pierre et Roland

dimanche 1 juin 2008

RALLYE DES ORCHIDÉES 2008, À BOISSY-ST-LÉGER, par JPB

« PAS D'ORCHIDÉES POUR MISS BLANDISCH » (énorme succès mondial pour un "polar" de roman noir, de JAMES HADLEY CHASE en 1938)…
… mais « RALLYE DES ORCHIDÉES » pour l' ASB !!!

The weather is fine, excusez-moi, j'étais encore avec l'auteur !!!... Le temps est beau, un peu frais au début, randonnée de "décrassage" et élimination des "toxines" pour ce rendez-vous au centre aéré de Boissy : je roule sur le "60". Parti un peu en retard, je me fonds, avant le ravito de Courquetaine, dans le groupe "cool" de Mimi Cantalou, Guitout (comme dirait Bou-Bou) et Marie-Ange B., JPG et Arlette, et Alain, le beauf... bof ??? Il fait maintenant très beau, les nuages sont partis et c'est agréable de se chauffer au soleil... en roulant pour une fois "doucement" !!

Vers Forcilles, nous serons "déposés" par les avions : Alain DESPREZ et autres que nous n'avons pas eu le temps d'apercevoir réellement ; explications de Roger MORDELET : ils sont "emmenés" par son coursier de fils et ça "déménage" !!!

Notre président est satisfait, 52 brévannais ont répondu à son appel "du 1er Juin" et nous sommes encore une fois les plus... nombreux, entre autres.

Rallye des Orchidées 2008
Les jambes sont un peu lourdes de la veille, mais avec l'aller et le retour à Yerres, il y aura "70" au compteur. Il faut du kilométrage pour l'ARDÉCHOISE à la fin du mois. Vivement dimanche prochain, comme dirait Michel DRUCKER : nous nous retrouverons sûrement à Montgeron pour l'anniversaire du 1er départ du Tour de France, devant la boutique du vélociste montgeronnais "GALLAND". À très bientôt sur le vélo !!!

JPB

Le moment du réconfort... et des conversations
Marie-Ange pour représenter le club...
Alexia (fille d'Eric G.) est déçue… Elle aurait préféré une coupe!!!
Le plus "ancien" du jour : Bravo Pierre!

dimanche 11 mai 2008

PENTECÔTE 2008 À AVALLON : « MON PREMIER 100 BORNES », par Marie-Ange

WEEK-END CLUB, DU 10 AU 12 MAI 2008

Samedi 10 mai: La marée brévannaise prête à s'élancer !
Samedi 10 mai 2008 : un « 100 bornes », ça se prépare !

Mon week-end cyclo de Pentecôte a donc débuté par un circuit vallonné (distance au compteur : 70 km) : simple échauffement avec Jean-René pour coach et Jacques T. comme accompagnateur. Jean-Pierre G., notre « boussole » nous guidait, non pas à l'aide d'un GPS, mais en étudiant et en suivant scrupuleusement les détails d'une carte de la région, ce qui a évité à certains quelques « grimpettes » en cas de gros coups de fatigue ! Les raccourcis, ça a parfois du bon !

Avec Yvette
Au tout début de mon périple, nous avons roulé en bonne compagnie : nous sommes partis de bon matin, sur les chemins, avec Colette, Yvette, Arlette et sa jupette, Gigi et Gilou... Dommage qu'un malheureux bonbon soit à l'origine de la collision entre Jean-Pierre G. et Yvette ! Après leur chute, et l'abandon d'Yvette faute de matériel de remplacement (il faudra songer à une voiture suiveuse la prochaine fois !), j'ai repris la route avec moins d'entrain. Mais après le ravitaillement d'Arcy-sur-Cure, et malgré la « bosse » en sortie de village, j'ai persuadé Jacques d'abandonner l'idée de la sieste dans un champ de colza, pour nous lancer, à deux, sur le 70 km ! Nous avons même réussi à semer J.P.G. !

Mais, à une quinzaine de kilomètres de l'arrivée, nous avons été fatalement rattrapés par les « poids lourds », les gros rouleurs qui, eux, terminaient les 135 km. Guy B., qui me doit assistance (c'est notifié dans un contrat !), n'avait pas intérêt à m'abandonner lâchement ! A regret, il a donc laissé filer les fusées (Michel C. puis Jean-Pierre B.) ce qui m'a permis de me mettre à l'abri dans sa roue et de parvenir à Avallon avant Boubou !!!

Dimanche 11 mai 2008 : le grand jour !

Mise en confiance par cette première étape, j'ai décidé d'allonger la distance dès le lendemain. La décision d'opter pour le 100 ou le 80 Km serait prise en cours de route, en fonction de mon état général. Je me suis lancée dans cette drôle d'aventure avec mes trois mousquetaires ! (« Trois hommes et une féminine ! »).

Marie-Ange, entourée de ses gardes du corps : Claude, Guy et Jean-Claude
Claude S., mon photographe, a dû mitrailler sans relâche pour, au final, réussir quelques prises, photos de mon passage en haut des côtes. Il a veillé à ce que je garde le moral tout le temps en me prodiguant conseils et encouragements, en me déculpabilisant car je voyais bien que je ralentissais le groupe (des qualités de psy !). Jean-Claude B. m'a appris la technique à Boubou, c'est-à-dire celle qui consiste à aborder une côte efficacement : prendre le plus d'élan possible avant et dans les descentes pour s'économiser le plus possible dans les grimpettes ! On s'organise comme on peut mais malheureusement, je ne descends pas aussi vite que lui (question de poids ou de masse corporelle ???) donc je ne peux bénéficier de sa stratégie. La combine aura-t-elle les mêmes effets sur le parcours de l'Ardéchoise ????


Quant à Guy, il s'est « promené » à mes côtés, ne faisant que tourner les jambes (en apparence). C'est rageant ! J'ai donc refusé ses « poussettes » ! Au bout d'une trentaine de kilomètres, j'ai décidé, sans trop hésiter (et avec les encouragements de Boubou) de prendre la route du 100. J'ignorais alors que je serais obligée de faire trempette dans la fontaine du village de l'Isle-sur-Serein pour refroidir mes pieds ! Une pause au bistrot du village m'a permis d'oublier mes souffrances et de repartir pour le final (une quinzaine de kilomètres). Quel soulagement à la vue des premières maisons d'Avallon et quelle émotion au passage du panneau d'entrée de la ville (synonyme de franchissement d'une ligne d'arrivée !). Merci infiniment pour vos applaudissements à mon arrivée à la halle couverte d'Avallon. Aujourd'hui je vous retourne ces bravos car j'ai beaucoup appris grâce à vous tous au cours de ce séjour (même si Guy pense qu'il me reste beaucoup à apprendre !).


Il ne me restait plus, le lendemain lundi 12 mai, qu'à boucler la boucle par une séance d'entraînement ! Ce fut le cas avec mon « chemin de croix » dans la montée de Vézelay avec pour objectif de respecter le timing et de revenir à l'heure du Président au point de ralliement !

Marie-Ange