dimanche 15 mars 2009

VTT : LA CASTELVIROISE 2009

Pas d'erreur de parcours... pour me rendre au départ ! J'avais eu une embrouille pour aller à Ormoy, puis une autre pour aller à Cerny! Aujourd'hui, rien! Ça fait plaisir ! Mon GPS va mieux, merci !

Claude, Valérie, Eric
Temps superbe ! Ça s'annonçait bien... Vélo lavé, graissé, gonflé... La seule chose que je n'ai pas vérifié : les freins ! J'ai eu tort ! A la suite de la randonnée de Cerny, mes plaquettes de freins, rongées par la boue liquide, sont en piteux état... Dès le départ, j'entends "comme un bruit"... Frottement permanent sur le disque avant ! Je démonte la roue pour tenter un petit nettoyage : et l'une des plaquettes tombe par terre ! Heureusement, Eric est là, récupère le ressort resté coincé à l'intérieur de la mâchoire et, avec l'aide du couteau de Valérie (merci Valérie !), réussit à me faire une réparation de fortune... Cinquante mètres plus loin, premier freinage et... rebelote ! Retour à la case départ ! Eric et le couteau interviennent de nouveau (Eric, je t'embrasse !...) et je peux repartir. Mais désormais, il vaudra mieux éviter de me servir du frein avant ! Il reste 50 bornes à faire, avec 700 m de dénivelé ! Ça ne va pas être de la tarte !... L'espace d'un instant, je songe à m'attacher la main gauche dans le dos pour éviter le réflexe du freinage qui obligerait Eric à jouer encore du couteau !... Mais finalement tout se passera bien…

Je tenterai bien le coup du freinage "avant" dans une descente un peu longue pour pouvoir me lâcher un peu... Mais la punition sera immédiate ! Frottement ! Eric ! Couteau !... Heureusement que le frein arrière a tenu ! A cinq kilomètres de l'arrivée, j'ai quand même craint le pire ! Crevaison à l'arrière ! Je démonte la roue et... Eric ramasse une plaquette dans l'herbe ! Heureusement, il réussit à la remettre en place pendant que je finis de réparer ma crevaison... Décidément ! Il est temps que j'emmène mon VTT chez "Docteur Charles"... Quelques soins sont devenus indispensables...

Pour ce qui est de la randonnée, ce fut un vrai régal. Le terrain était quasiment sec. De nombreuses côtes, dont certaines très techniques et exigeantes, des paysages très variés, un parcours avec de nombreuses nouveautés par rapport aux randonnées que j'avais déjà faites dans ce coin-là, très peu de bitume, des ravitaillements riches et accueillants, le tout sous un soleil printanier... Heureusement que j'ai eu quelques soucis mécaniques, sinon, cela aurait été presque trop beau !

Claude
Photo personnelle

dimanche 8 mars 2009

VTT : RANDONNÉE DE CERNY (91)

La météo annonçait un temps incertain... Elle ne s'était pas trompée ! Mais après la belle journée du samedi, on espérait quand même un peu que le mauvais temps n'arriverait que dans l'après-midi... Raté !

Covoiturage pour se rendre à Cerny... J'emmène Gabin, pompier à Villeneuve-Saint-Georges, qui envisage de prendre une licence... Sur la route, petites contrariétés dues à mon GPS ! Je me demande bien pourquoi c'est une femme qui m'indique la route ! Le nombre de fois où je me goure à cause d'elle... ça devient pénible ! Quand elle me dit, en plein autoroute : « Si possible, faites demi-tour », je nourris quelques doutes sur la fiabilité de mon matériel !

Au départ
Au départ, en comptant les invités, nous nous retrouvons à huit. Ça démarre assez fort ! Pas assez cependant pour Gabin qui, à chaque côte, nous largue puis revient à notre rencontre histoire de ne pas se refroidir...

Jusqu'au premier ravito, ça roule... Nous restons groupés, le temps est encore correct, le terrain à peu près sec... Un peu de sable quand même mais sans problème. Malheureusement, ça ne va pas durer ! Une petite pluie fine commence à tomber, le vent se lève et on le sent bien à travers champs, le terrain devient gras et glissant... Ce n'est pas cette boue qui colle aux pneus en faisant des paquets, mais une petite boue liquide qui s'insinue entre les plaquettes de freins... Déjà que le terrain nous freine, si les plaquettes frottent en permanence, ça n'arrange pas nos affaires... Et l'enchaînement des côtes va devenir usant. Cerny, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est juste à côté de La-Ferté-Allais, un des endroits les plus vallonnés de l'Essonne... Le groupe va bientôt exploser... Lionel, un ne nos nouveaux licenciés, commence à sentir ses jambes lourdes. Sébastien et l'un de ses copains, qui reprennent seulement le VTT après plusieurs mois d'interruption, ont sagement décidé de bifurquer sur le "35 km"... Ne me sentant pas dans un grand jour, je ne suis pas loin de penser que ce serait aussi pour moi une solution raisonnable. Et Lionel, qui n'a jamais fait de distance aussi longue (55 km au programme !) se laisserait bien tenter aussi par le "35"... Nous décidons finalement de nous lancer ensemble sur le grand parcours... Nous connaîtrons tous les deux des moments où nous allons regretter cette décision, notamment dans quelques côtes relativement accessibles que nous montons à pied, Lionel parce qu'il n'a plus de jambes (je ne sais pas ce qu'il en a fait !) et moi parce que je sens les crampes toutes proches, même en marchant ! Une petite chute pour moi pour avoir mal maîtrisé une sortie d'ornière (quand on est fatigué, c'est nettement plus dur ! Et quand c'est sur terrain glissant, la moindre erreur et ça ne pardonne pas !). Grande fatigue pour Lionel, qui me dira, à l'arrivée : "Je m'en souviendrai de cette rando"... Un qui s'en souviendra aussi, c'est Gabin : pour sa première participation à une rando en invité de l'AS Brévannaise, il a gagné un VTT (voir photo ci-dessous).

Gabin et son nouveau VTT
Il a dit que ce serait un cadeau pour "madame"... A l'arrivée, nous nous retrouvons tous dans un état épouvantable, maculés de boue, et franchement usés... Il y a des "55 km" qui valent des 65 ou 70 ! Tout le monde en a plein les pattes ! Il y a des moments où l'on se demande pourquoi on aime ça et si l'on n'est pas "un peu" fadas !... Mais on ressent après coup une certaine euphorie à travers la fatigue, un mélange de fierté et d'épuisement béat ! Impossible à comprendre pour ceux qui ne l'ont pas vécu !

Ceux qui ne sont pas venus ont raté aussi un grand moment : mon "nu intégral" sur le parking, en plein champ, en plein vent et sous la pluie ! Mais il fallait bien se changer, vu que je m'étais couché dans la boue à cause de cette foutue ornière... Je n'allais pas monter en voiture dans cet état ! Déjà qu'il faut laver le vélo, rincer toutes les fringues avant de les mettre en machine et nettoyer les chaussures, si en plus il faut laver la voiture, bonjour la galère !

A bientôt pour de nouvelles aventures vététistes !

Claude