mercredi 17 août 2011

TOUR CYCLOTOURISTE DU LAC LÉMAN

RANDONNÉE PERMANENTE ORGANISÉE PAR LES CYCLOS DE FAVERGES (HAUTE-SAVOIE) — 185 km

Je tiens tout d'abord à remercier Monsieur Claude Bandiera, président des Cyclos de Faverges (voir le lien), pour sa rapidité à nous communiquer tous documents et renseignements utiles en vue de cette randonnée permanente, et pour sa volonté de fournir le maximum d'informations pour que la balade soit agréable et réussie. J'ai particulièrement apprécié la formule de validation de l'épreuve puisqu'il n'est demandé aucun justificatif obligatoire. Il suffit de quatre tampons de contrôle au choix sur le parcours et d'un petit récit, si possible agrémenté de quelques photos.

Le Lac Léman depuis Vevey
C'est par une météo exceptionnelle, en ce mercredi 17 août, que nous avons réalisé ce parcours autour du Lac Léman, Marie-Ange et moi. En décidant de faire cette randonnée de 185 km dans la journée, nous avions choisi l'option sportive, sans pour autant renoncer à une découverte cyclotouriste de la région, avec haltes et photos dans les endroits les plus attractifs du circuit... Nous avions cependant négligé un paramètre important : le parcours n'étant pas balisé, il nous a fallu multiplier les arrêts "orientation" afin de consulter panneaux, cartes et itinéraires, de sorte que la journée sur le vélo a fini par être sensiblement plus longue que prévue... C'est ainsi que, partis d'Excenevex vers 8h, nous n'y sommes revenus qu'à 20h passées…

8h du mat': le départ à Excenevex
Les points les plus positifs de ce parcours ont été les paysages, très variés et souvent magnifiques : vues du lac et de la Suisse depuis la France, traversée de la Camargue Suisse, depuis Le Bouveret jusqu'à Villeneuve, avec le franchissement du Rhône sur une passerelle et un aller-retour plein de charme, bien que non prévu au programme, le long du grand canal.

Camargue Suisse : le Grand Canal rejoint le lac
Depuis Montreux ou Vevey, nous avons apprécié la perspective sur les montagnes françaises, notamment le pic de Mémise... Depuis Morges, nous avons aperçu le Mont-Blanc, comme une apparition fantomatique en plein jour…

Le Mont-Blanc (tache blanche visible au centre de la photo), vu depuis Morges (Suisse)
J'attribuerai une mention particulière à la route du vignoble qui nous a éloignés du lac entre Morges et Genève, nous emmenant sur de belles voies tranquilles qui serpentaient entre les vignes, avec la traversée de quelques communes agréables : Lully, Lussy, Aubonne, Féchy, Mont... Malheureusement, nous avons seulement frôlé Gland, ville dont Marie-Thérèse Porchet pense qu'elle pourrait être jumelée avec Montcuq, dans le Lot (voir le sketch)…

Près de Gland
En alternance avec ces beaux paysages, ce fut un défilé de constructions spectaculaires, des superbes demeures en bordure du lac entre Sciez et Thonon, aux châteaux de Ripaille ou de Chillon, en passant par le casino d'Evian, le musée olympique et le siège du CIO (Comité International Olympique) à Lausanne, sans oublier les « trompe-l'œil » de Vevey et de nombreux ports pleins de charme : Séchex, Le Bouveret, Vevey, Ouchy, Morges, Genève…

Genève
On ne peut citer toutes les richesses visibles sur ce parcours et, comme le conseille Claude Bandiera, il vaut mieux consacrer deux, voire trois jours à cette randonnée si l'on veut en profiter pleinement.

J'ai donc beaucoup apprécié cette randonnée malgré quelques déconvenues.

Dans la traversée de la "Camargue suisse", ce secteur charmant où le Rhône s'apprête à devenir Léman, nous avons eu un peu de mal à trouver le bon itinéraire... Normalement, il devait être balisé, depuis “Le Bouveret” jusqu'à “Villeneuve”... Je ne sais pas si c'est moi qui ai loupé les panneaux, ou s'ils étaient insuffisants… Bref, quelque kilomètres de plus au compteur…

En traversant la Camargue Suisse
Plus gênant : nous avons parcouru de nombreux kilomètres dans la circulation automobile, notamment entre Evian et Saint Gingolph, puis dans la traversée de Montreux ou encore aux abords de Genève. Côté suisse, les voies cyclables, atténuaient le désagrément mais, entre Ouchy et Morges, des travaux rendaient la piste cyclable impraticable. Et à la sortie de Genève, à hauteur de Vésenaz, de nouveaux travaux nous ont fait louper l'embranchement qui nous aurait permis de suivre la route côtière et de passer par Hermance puis Yvoire. Du coup, nous avons emprunté sur une quinzaine de kilomètres l'ancienne nationale 5, où la circulation était particulièrement dense.

Sur cette route, une autre petite contrariété a accompagné notre retour en France. Après une grosse centaine de kilomètres en Suisse où les aménagements pour les cyclistes abondent (pistes et bandes cyclables, signalisation et feux spécifiques...), sitôt la frontière passée, plus rien!…

Côté suisse : bande cyclable en parfait état, entre vignoble et voie ferrée 
Après avoir parcouru plusieurs kilomètres, soudain, ô surprise, un panneau nous annonce une piste cyclable! En France!!! Je n'en crois pas mes yeux et je m'y engage, tout prêt à bénir Sainte DDE…

Hélas! Cette piste ne se prolongeait que sur quelques centaines de mètres et elle était dans un état pitoyable : défoncée par les racines des arbres, creusée de lézardes, jonchée de toutes sortes de brindilles, de glands et autres produits de la nature non observés en Suisse. J'avoue avoir ressenti une poussée de « honte » devant un tel contraste avec les équipements suisses…

Piste cyclable et signalisation spécifique… On est en Suisse!
Au final, ce fut tout de même une bien belle journée de vélo, sous un soleil radieux sans être trop chaud, et dans un décor exceptionnel. Dernière indication, pour ceux qui seraient intéressés: le dénivelé positif est très raisonnable, avec environ 500 m. La principale côte de 4 km, qui se situe entre Morges et Aubonne, lorsqu'on “attaque” le coteau, ne présente que des pourcentages très accessibles.

Encore merci aux Cyclos de Faverges de proposer cette randonnée permanente...

Claude
Photos : Claude et Marie-Ange

➜ Toutes nos photos sur Flickr

RÉSUMÉ EN IMAGES…

Sciez : le jour se lève sur le Lac Léman
Peu après Thonon-les-Bains, le château de Ripaille et ses vignes
Marie-Ange à Evian-les-bains
Le casino d'Evian-les-Bains, face au lac...
Le Bouveret : le port
Vue de Chillon depuis Villeneuve
Le superbe château médiéval de Chillon (Suisse)
Peintures originales sur les bâtiments à Vevey
Le lac à Vevey
Ouchy, lieu de notre halte "repas salé". Cette ancienne commune devenue un quartier de Lausanne (Suisse), est située au sud de la ville au bord du lac Léman.
Aubonne (Suisse)
Le port de Genève et son jet d'eau

mardi 16 août 2011

DE LA CHÈVRERIE AUX CHALETS DE PETÉTOZ (HAUTE-SAVOIE)

RANDONNÉE PÉDESTRE DANS LA HAUTE VALLÉE DU BREVON

Au cours de ce mois d'août 2011, nous avons découvert une petite partie du Chablais, région dans laquelle réside une partie de ma famille.
Pour une part à vélo, d'abord lors d'une sortie dans la Vallée Verte puis au cours de la randonnée permanente du Lac Léman.
Mais aussi à pied lorsque ma soeur et son mari nous ont proposé une petite randonnée découverte dans la Vallée du Brevon, rando qu'ils font habituellement l'hiver, en raquettes, sur la neige.

Le circuit, réalisé sous la forme d'une boucle depuis La Chèvrerie (alt. 1120 m) jusqu'aux chalets de Petétoz (alt. 1535 m), emprunte des pistes forestières mais également des sentiers plus raides et une descente qui demande de l'attention. Nous sommes parvenus aux chalets par un chemin qui montait directement par la forêt et nous sommes redescendus par le lac.

La suite en images…

Marie-Ange
Photos : Marie-Ange et Claude

Quelques clichés souvenirs :

Dédé, Pascale, Jean-Philippe avec son chien Guismo, et Claude
Le traditionnel chalet d'alpage en tavaillons (1535 m)
Pascale et Marie-Ange
Petétoz, serait anciennement Petétaulps qui signifie "alpages"
Les parcours de randonnées depuis Les Chalets de Petétoz
Alpages
Nous sommes redescendus une descente très raide…
… pour atteindre le Lac de Petétoz
Le lac mystérieux, magique, envoûtant de Petétoz
C'est bientôt le retour  à La Chèvrerie

jeudi 11 août 2011

TOUR DU GRAND CANYON DU VERDON

SECTION DE LA RANDONNÉE PERMANENTE DES GORGES DU VERDON

➜ Voir la présentation du séjour et de la randonnée permanente sur notre site.

Les données de la balade
  • Distance : 88 km
  • D+ : environ 1890 m
  • Difficultés : 5 cols en 4 ascensions.
    • Collet d'Ampon (725 m).
    • Montée de Trigance au plateau de Canjuers (altitude 974 m).
    • Montée de l'Étroit des Cavaliers au Col de Vaumale, 1201 m (sommet de la corniche sublime). Franchissement du Col d'Illoire (964 m) pendant la descente.
    • Montée entre Moustiers-Sainte-Marie et La Palud-sur-Verdon : Col de l'Olivier à 711 m, suivi du Col d'Ayen à 1034 m.
  • Deux points de contrôle de la randonnée permanente à : Rougon (Point Sublime) et Aiguines.
  • Parcours sur Openrunner : 1045327
Le parcours

Le parcours (openrunner)
Sur le profil ci-dessous, entre les kilomètres 9 et 10, un bug fait apparaître une ascension à fort pourcentage qui n'existe pas. Il s'agit en fait d'un tunnel, mais le logiciel calcule l'altitude de la roche qui se trouve au-dessus du tunnel. Cela ajoute environ 120 m de D+ au circuit.

Le profil

Le récit

Au départ, nous descendons sur environ 5 km depuis La Palud-sur-Verdon jusqu'à la Bergerie de Faucon, puis la route remonte sur 2 km vers le Point Sublime. Le parcours se poursuit le long du Verdon jusqu'au Pont de Soleils, où l'on franchit la rivière. Après Soleils — nom du village —, nous franchissons un petit col sans nous en apercevoir : le Collet d'Ampon (725 m). Puis nous arrivons à Trigance.

Trigance et son château médiéval
Depuis la partie basse de Trigance (alt. 717 m) jusqu'au plateau de Canjuers (974 m), ça monte pendant environ 7 km, mais ce n'est pas un col. Suivent plusieurs kilomètres de descente pour atteindre les Balcons de la Mescla où nous faisons une halte pour jeter un coup d'œil au confluent entre le Verdon et l'Artuby. Sur la photo ci-dessous, l'Artuby est en bas à gauche.

Confluent de l'Artuby et du Verdon, vu depuis les balcons de la Mescla
La descente se poursuit ensuite jusqu'au Pont sur l'Artuby, d'où certains s'amusent parfois à faire du saut à l'élastique. Très peu pour moi! Merci!

Le pont sur l'Artuby, affluent du Verdon
Par endroits, les gorges sont très étroites.

Gorges du Verdon
La route s'élève pendant des kilomètres, par la Corniche Sublime. On finit par atteindre le point culminant, le Col de Vaumale (1201 m). A partir de là, on commence à apercevoir le Lac de Sainte-Croix. Il y a davantage d'eau dans le Verdon à l'approche du lac et on distingue de nombreuses embarcations.

Gorges du Verdon, à l'approche du Lac de Sainte-Croix (visible en haut à gauche)
Au sommet de la Corniche Sublime
Aiguines et Lac de Sainte-Croix
Depuis les hauteurs d'Aiguines, le panorama se dégage, sur le lac de Sainte-Croix et sur le plateau de Valensole.

Belvédère à Aiguines
Après avoir franchi le Verdon à l'endroit où celui-ci rejoint le lac, il nous reste à remonter jusqu'à une altitude supérieure à 1000 m pour retourner à La Palud. On profite de l'ombre dans la montée du Col de l'Olivier.

Montée ombragée vers le Col de l'Olivier
Puis on profite de la vue, tantôt sur le lac de Sainte-Croix… 

Lac de Sainte-Croix, aperçu en montant vers le Col de l'Olivier
… tantôt sur les Gorges du Verdon.

Gorges du Verdon
Après le Col de l'Olivier (711 m), on termine la boucle avec un dénivelé de plus de 300 m en 7 km environ pour aller  franchir le Col d'Ayen, à 1034 m d'altitude. Ensuite, il n'y a plus qu'à se laisser glisser jusqu'à La Palud-sur-Verdon.

Claude
Photos personnelles

Passage de Marie-Ange au Col d'Ayen (1034 m)

mercredi 10 août 2011

TOUR DU LAC DE SAINTE-CROIX

RANDONNÉE PERMANENTE DES GORGES DU VERDON

➜ Voir la présentation du séjour et de la randonnée permanente sur notre site.

C'est un superbe circuit avec de magnifiques points de vue sur le Lac de Sainte-Croix. Il est cependant réservé aux cyclos que ne rebutent ni la distance ni le dénivelé…

Les données de la balade
  • Notre départ : près du village de vacances "Le Domaine du Petit Lac" (Moustiers-Sainte-Marie).
  • Points de contrôle à Quinson et à Moustiers-Sainte-Marie.
  • Distance : près de 95 km
  • Dénivelé : 1455 m
  • Principales difficultés : 
    • Côte de 4 ou 5 km après Les Salles-sur-Verdon pour atteindre le plateau.
    • Montée assez sèche vers le village de Montpezat. 
    • Côte à la sortie de Quinson, suivie d'une route en faux plat montant sur environ 20 km!
  • Descente difficile : l'impressionnante descente sur Moustiers depuis le plateau de Valensole : 2 km à 16% avec une succession de virages en épingle à cheveux!!!
  • Parcours sur Openrunner1045348
Anecdotes

Nous avons fait une halte à Quinson pour manger et faire pointer notre carte d'homologation de la Randonnée Permanente. En déposant mon vélo contre un mur, j'ai habilement placé une de mes roues sur une punaise… Punaise! C'est ballot comme crevaison!

A l'extrémité du plateau de Valensole, avant de redescendre vers Moutiers-Sainte-Marie, nous avons aperçu un parapentiste qui se posait. Il venait, non pas des sommets environnants mais d'Aix-en-Provence! Tout en pliant son matériel, il nous a expliqué qu'il allait faire du stop pour rentrer…

Claude
Photos : Claude et Marie-Ange

Le parcours et le profil


Le parcours
Le profil

Aperçu de la balade en quelques photos

Extrémité nord du Lac de Sainte-Croix
Le Verdon qui rejoint le Lac de Sainte-Croix, vu du Pont du Galetas
Les Salles-sur-Verdon
Lac de Sainte-Croix, vu depuis Bauduen
Devant Bauduen
Barrage de Sainte-Croix
Le Verdon après le barrage de Sainte-Croix
Le long d'un lac sur le Verdon après Montpezat
Le Lac de Sainte-Croix, avec l'île de Coste Belle, vus depuis le plateau de Valensole
Moustiers-Sainte-Marie, depuis le plateau de Valensole
Moustiers-Sainte-Marie
Moustiers-Sainte-Marie