vendredi 28 février 2014

VAR : CÔTE DU REVEST ET COL DE VIGNON

Dernier jour du stage à Sainte-Maxime avec l'AAOC (club de Wissous). Il est convenu que tous les participants, du plus modeste au plus costaud, feront ensemble l'essentiel du parcours d'une soixantaine de kilomètres (environ 730 m de D+).

Le peloton au départ, sur le Chemin des Virgiles, encadré par la vigne, les pins et le mimosa…
Bonne humeur et complicité sont au rendez-vous…

Toujours la pêche, Frédéric, notre "Contador" de banlieue
Nous roulons, rare privilège, avec des compétiteurs chevronnés qui n'hésitent pas à nous faire profiter de leur expérience. Marie-Ange s'est ainsi aperçue qu'en suivant les conseils judicieux de Dominique, elle grimpait plus vite sans se fatiguer davantage…

Marie-Ange avec son coach Dominique, au sommet de la Côte du Revest (alt. 245 m)
Le ciel couvert atténue malheureusement un peu la beauté des paysages… Mais le décor reste charmant et c'est un plaisir de rouler sur ces routes très tranquilles.

Dans les bois, près du golf de Vidauban

L'Aille, sur la route de Vidauban
Un bon de sortie sera accordé aux meilleurs dans la montée du Col de Vignon, après lequel il ne restera plus qu'à se laisser redescendre jusqu'au Plan-de-la-Tour puis à rentrer, chacun à son rythme, jusqu'à Sainte-Maxime.

Le sourire de Mickaël au Col de Vignon (alt. 352 m)
Pour Marie-Ange, c'est la troisième fois en deux jours qu'elle escalade le Col de Vignon. La veille, elle l'a grimpé depuis Le Plan-de-la-Tour puis par La Garde-Freinet. Et aujourd'hui, depuis Vidauban. Elle le connaît maintenant sous toutes les coutures.

En 2 jours, Marie-Ange a monté le Col de Vignon par ses trois accès
Au final, une balade à l'image du séjour, avec du sport dans un état d'esprit très convivial, de la solidarité. Un grand merci au club de l'AAOC pour cette ultime sortie et pour l'ensemble du stage à Sainte-Maxime, où nous avons été merveilleusement bien accueillis.

Claude

jeudi 27 février 2014

VAR : DE SAINTE-MAXIME AU MONT VINAIGRE

J'ai démarré avec le groupe de l'AAOC (club de Wissous) qui partait faire le tour de l'Esterel, soit un peu plus de 100 km. A ce moment-là, je ne savais pas encore si je tenterais de faire la boucle avec eux…

Au départ de l'Hôtel Le Capet, à Sainte-Maxime
Nous partons par la route côtière puis nous effectuons l'ascension du Col du Bougnon (154 m), que j'ai déjà grimpé la veille. Après Fréjus, nous poursuivons par l'ancienne Nationale 7. Je craignais la circulation sur ce tronçon, mais ce n'est pas le cas. La Nationale 7 étant une vraie route de montagne dans ce secteur, les automobilistes doivent préférer prendre l'autoroute, un peu plus loin de la côte et de l'Esterel.
Nous franchissons bientôt le second col de la journée, le Col de l'Auriasque (202 m)…

Col de l'Auriasque (202 m)
… puis, dans la foulée, le troisième, le Col de Testanier (311 m), sans la moindre descente entre ces deux cols.

Col de Testanier (311 m)
Après Testanier, une bonne partie du groupe continue comme prévu en direction du Col du Logis de Paris, toujours sur l'ex-N7. Ils iront jusqu'à Mandelieu pour revenir ensuite par la Corniche de l'Esterel. Les moins entraînés ont annoncé dès le départ qu'ils feraient seulement demi-tour au Col de Testanier pour retourner sur Fréjus.
Pour ma part, ayant envie d'aller découvrir les routes forestières de l'Esterel, j'écarte ces deux options et me dirige seul vers la maison forestière de Malpey.

Maison forestière de Malpey
A partir de là, je suis en exploration sur une petite route forestière dominée par le Mont Vinaigre. Point culminant du massif de l'Esterel (618 m d'altitude), il se trouve sur la commune de Fréjus.

Le Mont Vinaigre (618 m)
Sur cette petite route forestière, on a des points de vue superbes sur l'Esterel et sur la Méditerranée.

Vue sur mer
Je retrouve sur place la "route des cols", que j'avais repérée sur la carte. Je décide de la suivre pour voir jusqu'où elle est goudronnée. C'est ainsi que j'atteins le Col de l'Aire de l'Olivier (370 m).

Col de l'Aire de l'Olivier (370 m)
Là, je constate qu'effectivement, conformément aux indications de la carte, cette "route" n'est que partiellement  goudronnée. Je n'irai pas plus loin… Si je veux franchir les cols qui s'enchaînent ensuite sur cette route forestière, il faudra que je revienne, mais en VTT.

Col de l'Aire de l'Olivier : fin du goudron
Je reviens donc sur mes pas et décide d'aller voir maintenant si la route goudronnée que j'ai laissée sur ma gauche en venant monte jusqu'au col du Mont Vinaigre, désigné sous le nom de Baïsse du Vinaigre (550 m). Ça passe sans problème et, après une belle grimpette, j'atteins le col, qui sert à l'occasion d'héliport.

L'héliport de la Baïsse du Vinaigre (550 m)
Au delà de ce col, la montée devient très raide et le revêtement très rugueux, quand il n'a pas tout simplement disparu pour laisser place à de nombreux trous.

Le Mont Vinaigre : état de la route après le col!
Comme on le voit sur la photo ci-dessus, la route n'est là qu'un ruban granuleux étroit. Elle me permet cependant d'atteindre une borne sur laquelle on peut lire "Mont Vinaigre". On est sur le GR 51.

Mont Vinaigre : sur le GR 51
De là, on peut photographier à la fois la tour de guet (à gauche) et la station hertzienne (à droite).
Le Mont Vinaigre : la tour de guet et la station hertzienne
Ce n'est pas encore le sommet, mais je n'irai pas jusqu'en haut car la dernière rampe, encore plus raide, est interdite à tout véhicule.

Mont Vinaigre : accès interdit!
De retour à la maison forestière de Malpey, j'ai le choix : retourner au Col de Testanier et rentrer par la N7, ou poursuivre l'exploration par une autre route forestière. Je préfère retenir cette option qui aiguise ma curiosité et me permet d'aller à la recherche de nouveaux repères.

Maison forestière de Malpey : après la barrière, la route est goudronnée jusqu'à La Tour de Mare
Cette route forestière s'avère en parfait état. Dans la descente, je franchis deux nouveaux cols : le Pas de la Louve (139 m) et le Col des Darboussières (100 m).

Pas de la Louve (139 m) : un panneau peu lisible
Au bas de la descente, je rejoins le quartier de La Tour de Mare, à Fréjus. Après Fréjus, je file sur Saint-Aygulf et rentre à Sainte-Maxime par la côte.
Bilan : sur un parcours de 80 km, 7 cols franchis dont 6 nouveaux.

Claude
Photos personnelles 2014

mercredi 26 février 2014

VAR : BOUGNON, VALDINGARDE ET AUTRES COLS

Matinée très pluvieuse et très froide... Il y a même eu d'importantes averses de grêles. Dans l'après-midi, on voyait encore par endroits des amas de grêlons qui n'avaient pas fondu et faisaient comme de petits tas de neige.
Le beau temps est revenu à la mi-journée, même si la température est restée très fraîche. Nous avons donc décidé de nous élancer pour une balade entre Sainte-Maxime et Roquebrune-sur-Argens, avec un retour par une route forestière nous permettant de franchir plusieurs nouveaux cols!

La Tour Carrée de Sainte-Maxime
Au départ, nous avons suivi la route côtière jusqu'à La Nardelle.


Route côtière entre Sainte-Maxime et La Nartelle
Cette route offre de jolis points de vue sur le Golfe de Saint-Tropez.

Golfe de Saint-Tropez
Après 7 ou 8 kilomètres sur le bord de mer, nous avons escaladé un premier col, le Col du Bougnon (154 m).

Marie-Ange au Col du Bougnon (154 m)
La descente du Col du Bougnon pour la route de Roquebrune-sur-Argens se fait par vent latéral d'abord, puis franchement défavorable. Comme le ciel se couvre de nouveau, nous nous demandons si nous avons bien fait de nous engager sur ce parcours…

Le rocher de Roquebrune
Heureusement, dans la montée vers le Col de Valdingarde (392 m), par la route forestière des Cavalières, la route est calme et le décor très plaisant.

Aqueduc de Roquebrune
Cette montée est longue mais la pente raisonnable. Elle nous laisse le temps d'apprécier la végétation…

En montant au Col de Valdingarde
Par endroits, le revêtement est très endommagé. Il y a même de temps en temps de l'eau qui ruisselle sur la route.

Route forestière des Cavalières
Marie-Ange, qui n'a pris que des gants courts, a le bout des doigts gelé
Heureusement que la vue nous récompense de nos efforts…

Vue de la côte depuis la route de crête, entre le Col de Valdingarde et le Col de Peïgros
Autre avantage récompensant nos efforts : nous avons bénéficié de la montée au Col de Valdingarde pour franchir les deux cols suivants : le Col de Peïgros (345 m) et le Col de Gratteloup (225 m), atteints sans avoir beaucoup d'efforts à fournir, même si la route remonte un petit peu avant de franchir chacun de ces cols.

Col de Peïgros (345 m) : suivez la flèche!
Quatre nouveaux cols en une cinquantaine de kilomètres : une bonne moisson!

Claude

Col de Gratteloup (225 m)

mardi 25 février 2014

VAR : DU LAVANDOU AU BABAOU

C'est déjà notre quatrième jour de vélo au cours de ce stage de février... Afin de pouvoir atteindre le Col du Babaou (alt. : 416 m) sans accumuler les kilomètres d'approche, nous allons en voiture jusqu'au Canadel-sur-Mer. Ensuite nous suivons la côte à vélo jusqu'au Lavandou par la piste cyclable aménagée sur une ancienne voie ferrée. Certains tunnels sont impressionnants et très inattendus sur une piste cyclable.

Ancienne voie ferrée transformée en piste cyclable
De temps en temps, la piste passe entre les arbres, tout près de la mer…

La mer (qu'on voit danser)... a des reflets d'argent!
C'est une succession de vues très... maritimes!

Un peu avant d'arriver au Lavandou
Une halte à l'Office de Tourisme du Lavandou nous permet de recueillir nos tampons sur la carte d'homologation de la Randonnée Permanente "A la découverte du Var"…

Office de tourisme du Lavandou
Nous quittons ensuite la côte pour monter à Bormes-les-Mimosas, village perché...

Bormes-les-Mimosas
Dommage que le ciel se couvre. Depuis Bormes-les-Mimosas, la vue est belle sur la mer, mais elle serait sans doute encore plus belle avec un peu moins de nuages.

La côte vue de Bormes-les-Mimosas
Après Bormes-les-Mimosas, la route continue à s'élever. Pour atteindre le Col de Babaou, on franchit trois cols homologués : Caguo Ven (230 m), Gratteloup (192 m), La Moullière d'Aubet (217 m).

Col de Caguo Ven (237 m)
Entre Caguo Ven et Gratteloup, la route redescend… 45 m de D- environ.  Il nous faudra donc remonter cela au retour car, après le Babaou, nous reviendrons à Caguo Ven.

Col de Gratteloup (192 m)
De Gratteloup au Babaou, la montée est facile... Mais le temps a brutalement fraîchi et comme la pente est faible, la distance est plus importante. La fin est même pratiquement plate au point qu'on peut se demander si on n'a pas déjà franchi le col sans s'en apercevoir.

Col de Babaou (414 m)
Au retour, nous pensions prendre la route des crêtes, histoire de franchir deux cols supplémentaires, puis retourner à la voiture en descendant par le Col du Canadel. Mais le temps est maintenant franchement couvert. Nous n'avons vraiment pas chaud... Alors nous décidons de réserver la route des Crêtes pour une prochaine visite...

Claude
Photos personnelles

Retour à la voiture par la même piste cyclable qu'à l'aller

lundi 24 février 2014

VAR : DE SAINTE-MAXIME AU COL DU CANADEL

Aujourd'hui, nous sommes une petite dizaine à rouler ensemble. Au programme, une soixantaine de kilomètres aller-retour pour nous rendre au Col du Canadel (269 m) en partant de Sainte-Maxime.

Aller par La Croix-Valmer puis le long de la côte jusqu'au Canadel-sur-Mer.

Au passage, après Cavalaire, nous franchissons le Col du Dattier (123 m).

Panorama depuis le Col du Dattier (123 m)
Bonne mise en jambes avant d'attaquer le Col du Canadel depuis la mer. Un montée de 4,5 km à 6% de moyenne pour un maximum à 7%. Un col idéal à cet époque de l'année, très régulier, revêtement parfait, décor magique... Ni trop pentu, ni trop facile… Un régal!

Retour par La Môle et Cogolin.
A l'arrivée : 61 km et 585 m de D+.

Claude

Aperçu en images…

Marie-Ange avec Guy et Teddy au Col du Dattier (123 m)
Alain dans la montée du Col du Canadel : une jolie petite route...
Aperçu du panorama depuis le Col du Canadel
Guy, Jean-Guy et Marie-Ange en terminent avec ce superbe col
Arrivé depuis un petit moment, je refais un passage pour la photo!
Marie-Ange fait de la pub pour le club!