dimanche 30 novembre 2014

TRÈFLE BELLIFONTAIN, CIRCUIT N° 2 : BLANDY - SOISY

RANDONNÉE PERMANENTE "LES TRÈFLES DE L'ÎLE-DE-FRANCE"

Un Trèfle porte-bonheur de 80 km (et quelques) pour les 80 ans des Cyclotouristes Saint-Mauriens (club né officiellement le 30 novembre 1934)!
Une fois n'est pas coutume, nous laissons la parole à Laurence, membre de notre club, pour raconter notre randonnée du jour… Son récit est illustré de photos prises par nos soins et légendées par Claude. En fin d'article, retrouvez un complément d'informations et de liens fournis par Claude.

Marie-Ange et Claude

LE RÉCIT DE LAURENCE

« Ce ne sont pas les "moins de 5°" au thermomètre ce matin qui ont découragé les cinq Cyclos Saint-Mauriens — Marie-Ange, Claude, Olivier, Bernard et moi-même — de s'élancer depuis la mairie de Voisenon (77) dès 8h30 sur le Trèfle Bellifontain, circuit n°2.

Voisenon : préparatifs…
Cartes et parcours préparés par tous et particulièrement connus de Claude, si bien qu'il a pris naturellement la direction des opérations d'un guidon de maître, avec des passages bien choisis (merci Claude !).

Une des curiosités à découvrir : Némorosa, la Reine des Bois
Nous sommes partis par l'ouest puis le sud en direction de Soisy-sur-École.

Soisy-sur-École
À Soisy, nous avons suivi la piste des habitants "pain à la main" pour retrouver la boulangerie qui nous a permis une pause et fourni un ticket de caisse prouvant notre passage.
Eh oui, les Trèfles ne sont pas des rallyes mais il faut pouvoir faire valider les points de passage sur les cartons.

Pause de Soisy-sur-École
Le second point de contrôle étant à Fontainebleau, nous avons pris la direction plein sud en passant par quelques châteaux…

Château de Fleury-en-Bière
… et une route forestière.

Route forestière sans voitures
Beaucoup de feuilles, d'autres cyclos, des randonneurs, mais aucun arrêt mécanique n'a été requis.

Que de feuilles sur la route forestière de Sully, aux couleurs de l'automne!
À proximité de Fontainebleau, nous avons pris rapidement notre pause dans un café d'Avon, pour ensuite rejoindre Blandy-les-Tours, lieu déjà très connu et fréquenté lors de certains rallyes. D'ailleurs, la boulangère, habituée de voir des cyclos, a placé un rail de stationnement vélos à l'entrée de sa boutique. Quel accueil sympathique! Et des encas (pizzas, viennoiseries, pâtisseries...) bien gourmands, que nous n'avons pas arrosés des bières surveillées par les papas Noël installés non loin de nous.

Les "papas Noël" de Blandy-les-Tours
Pour terminer, nous avons, en passant par le château de Vaux-le-Vicomte, rejoint nos voitures à Voisenon à 13h30.

De retour à Voisenon
Une très belle sortie de 83 km, aussi vivifiante que chaleureuse pour cinq cyclos, motivés pour recommencer.
Merci pour ce bon moment de bol d'air, de cyclo et de tourisme !


Laurence

➜ Toutes les photos de Marie-Ange et Claude, sur Flickr.

Décorations de Noël à Moisenay

LES BONUS DE CLAUDE…

Tout d'abord, je vous invite à découvrir la route forestière telle que nous ne l'avons pas vue aujourd'hui : ROUTES FORESTIÈRES EN FORÊT DE FONTAINEBLEAU… D'une part pour cause de couleurs de saison (c'est normal), d'autre part pour cause de brouillard persistant (ce n'est pas anormal, mais la météo promettait mieux!).

Jour de brouillard à la Croix du Calvaire : pas de panorama sur Fontainebleau!
A l'occasion de notre passage à Soisy-sur-École, j'ai photographié de belles plaques de cocher, côtoyées par une plaque Michelin et une plaque de rue récente… Une mini histoire illustrée de la signalisation en quelque sorte! Je saisis cette opportunité pour redonner le lien vers mon article : PLAQUES DE COCHER DANS LA DRÔME (OCTOBRE 2014)

Plaques anciennes et modernes, à Soisy-sur-École…
Enfin, pour ceux qui seraient intéressés par les Trèfles de l'Île-de-France, je redonne les liens vers notre site :
Claude

vendredi 28 novembre 2014

TRÈFLE RAMBOLITAIN, CIRCUIT N° 2 : DAMPIERRE - BRIIS

RANDONNÉE PERMANENTE "LES TRÈFLES DE L'ÎLE-DE-FRANCE"

C'est reparti pour la cueillette des Trèfles...
Non ! Il ne s'agit pas des fameux porte-bonheur... Juste d'une série de circuits en Île-de-France. Évitons ici de longues explications, je l'ai déjà fait sur notre site : voir Trèfles IDF (doc).

Je ne vais pas non plus revenir sur mes précédentes participations. Elles sont également abondamment détaillées sur notre site : voir Trèfles IDF (page nouvellement réorganisée, subdivisée et rendue plus lisible).

Aujourd'hui, mon but était d'attaquer une nouvelle fois le Trèfle Rambolitain (qui comme chacun ne le sait pas forcément est relatif à la ville de Rambouillet), en commençant par le circuit n° 2, agrémenté d'une légère variante personnelle.

Le circuit, relevé par mon GPS
Comme d'habitude, j'ai limité mon déplacement en voiture et j'ai pris le parcours "en route".
Premier pointage à Briis-sous-Forge, où les décorations de Noël commencent à apparaître devant la mairie.

Mairie de Briis-sous-Forge
Au début, le vent, modeste, était plutôt favorable. Il n'y avait pas trop de bosses, ou alors assez courtes. J'en ai profité pour tester les cadences soutenues et j'ai ainsi rapidement quitté l'Essonne pour entrer dans les Yvelines.

Entrée dans le département des Yvelines
 À La Celle-les-Bordes, j'ai pris une photo "au vol", presque sans ralentir… On a dit "cadences soutenues"! Ok?!…

La Celle-les-Bordes
En arrivant à Rambouillet, j'avais parcouru 38 km, à 28 km/h de moyenne. Comme c'est mon GPS qui l'a dit, on sait que c'est VRAI!

J'ai pu pointer à l'Office de Tourisme qui, lui aussi, s'était mis à l'heure des décos de Noël.

Office de Tourisme de Rambouillet
Je suis allé moins vite par la suite. Le vent est devenu défavorable — c'est de bonne guerre : j'ai changé de direction! –, il y avait aussi davantage de côtes, j'ai commencé à ressentir un peu de fatigue... et puis je me suis arrêté plus souvent pour prendre des photos. Comme ici, par exemple, à l'Étang de Coupe-Gorge (que j'aime ce joli nom!)…

Forêt de Rambouillet : l'Étang de Coupe-Gorge
Dernier pointage du jour à Dampierre-en-Yvelines, dans une boulangerie. J'en profite pour m'offrir une quiche. Puis je prends quelques photos. Mon GPS me confirme que ma moyenne est en baisse : plus que 27,2 km/h après 60 km.

Château de Dampierre
À la sortie de Dampierre, je m'arrête à nouveau pour honorer Yvette... Pardon! "L'Yvette"! Cette petite rivière, affluent de l'Orge, mériterait une notoriété bien plus grande. Ce serait le cas si la ville de Chevreuse ne lui avait pas volé la vedette en donnant son nom à la célèbre Vallée de Chevreuse, où coule précisément ladite Yvette.
Cela dit, je peux comprendre ce choix de désignation car l'Yvette poursuit son cours bien au-delà de la Vallée de Chevreuse, jusqu'à Savigny-sur-Orge... Sacrée Yvette!

L'Yvette, près de Dampierre
Peu après, je m'accorde encore une petite pause, le temps de rendre justice au Château de Mauvières, entre Dampierre et Chevreuse. Je suis passé devant des dizaines de fois sans jamais m'arrêter, ignorant même son nom... J'aurais d'ailleurs été incapable de le situer sur la commune de Saint-Forget, hameau des Sablons. Il fallait que cette injustice cesse!

Château de Mauvières
Passée Chevreuse, il ne me reste plus qu'à me mesurer à la Côte de Méridon... s'il me reste des jambes!

Mais la "mesure" n'aura pas lieu. J'ai monté "à ma main"... Il faut dire que mes jambes m'ont communiqué un préavis de grève pour le cas où je persisterais à leur faire subir des cadences infernales... J'ai jugé bon de céder devant leurs revendications afin de préserver mes chances de retourner tranquillement jusqu'à ma voiture!

Côte de Méridon
De retour à la voiture, mon GPS m'a révélé — quel bavard! — que j'avais gravi au total 500 m de D+ sur une distance de 74 km, parcourue à la moyenne de 26,2 km/h. Les jambes ont fait le job!...

Bilan : un peu mal aux pattes quand même!

Claude
Photos personnelles


lundi 24 novembre 2014

HISTOIRE DU CHALLENGE INDIVIDUEL DU CODEP 94 (FFCT)

La naissance

En l'an 2000, le Comité Départemental de Cyclotourisme du Val de Marne (CoDep 94), avait imaginé un challenge original et motivant : « 2000 km en l'an 2000! »
De nombreux cyclotouristes val-de-marnais avaient relevé le défi avec succès : 48, ce n'est pas rien!…

L'un des acteurs de l'époque, Marius Auberger, nous a rapporté les propos de certains lauréats qui avaient regretté de ne pouvoir prolonger cette réussite : « C'est dommage que ce ne soit pas l'an 2000 chaque année! »

C'est alors que le même Marius avait lancé une idée… Créer un challenge individuel récompensé par des catégories "bronze, argent et or" en fonction des kilomètres parcourus.

Marius Auberger, Euro PN 2014 (photo André M.)
Marius nous a raconté comment l'idée lui était venue. A l'époque, il participait régulièrement à des cyclosportives, épreuves chronométrées pour le "grand public" (non FFCT). A l'arrivée, chaque participant était récompensé par des diplômes de bronze, d'argent ou d'or, en fonction du retard par rapport au temps mis par le premier.

Comme il n'y a pas de chronométrage sur la plupart des organisations FFCT (excluons les diagonales et autres défis de ce genre), Marius avait proposé d'établir un barème selon le nombre de kilomètres parcourus.

À l'origine plus relevé qu'aujourd'hui, ce barème accordait le challenge de bronze à partir de 800 km (400 km actuellement), l'argent à partir de 2000 km (abaissé à 1500 km) et l'or dès 3000 km.

Un impératif supplémentaire, qui reste d'actualité, consistait à exiger un minimum de participations sur les organisations FFCT du département. Les minima ont changé mais le principe reste le même.

Ça ne prendra jamais!

En souriant, Marius nous a raconté, il y a quelques jours, lors de la remises des trophées de la saison "2014", que certains des protagonistes de l'époque avaient prédit : « Ça ne prendra jamais! »

Malgré cet avis pessimiste, le challenge a donc été créé en 2001. Trois personnes seulement ont participé à cette première édition. Marius Auberger fut le premier lauréat du challenge OR, le palmarès étant complété par Alain Challant et Roger Baumann, respectivement Président en exercice et Président d'honneur du CODEP 94, tout deux en ARGENT. Le moins qu'on puisse dire c'est que ça ne démarrait pas très fort!

Dès 2002, la mayonnaise commence à prendre : 35 participants, dont 11 en OR!

En 2003, la participation augmente encore (42), mais l'événement, c'est la première participation d'un vététiste (le seul cette année-là), récompensé par l'OR : Claude Sintès (c'est-à-dire l'auteur de ces lignes!). A cette occasion, j'ai posé un problème au CoDep 94 qui n'avait pas envisagé cette éventualité et qui a réagi en créant un barème spécifique pour le VTT, les distances plancher étant abaissées pour s'adapter à une pratique sensiblement différente. Depuis lors, de nombreux vététistes, notamment des licenciés de l'AS Brévannaise, apparaissent sur les tablettes.

En 2005, un palier est franchi : pour la première fois, le CoDep 94 enregistre 100 participants. Ce score record ne sera pas battu au cours des deux années suivantes, mais on se maintiendra désormais toujours au-dessus des 50 homologations annuelles.

Qui avait dit que ça ne prendrait jamais?

Alain Challant, un de ceux qui ont cru à cette idée! (photo André M., Euro PN 2014)

Challenge Grand Or

A partir de 2007 apparaît une distinction supplémentaire : le Challenge "GRAND OR", qui a pour but de prendre en compte les gros rouleurs, notamment ceux qui participent, tous les 4 ans, à Paris-Brest-Paris et à ses brevets qualificatifs, mais aussi les amateurs de randonnées permanentes ou de randonnées itinérantes qui accumulent volontiers les kilomètres sur des organisations officielles FFCT.

Dès la première année, 5 lauréats sont récompensés, parmi lesquels on retrouve deux éminents collectionneurs de "Paris-Brest-Paris" : l'inévitable Marius Auberger, et Gérard Claudon, aujourd'hui vice-président du CoDep 94, chargé de gérer depuis de nombreuses années le palmarès de ce challenge individuel.

Après 8 ans d'existence, le nombre de lauréats du challenge GRAND OR ne varie guère : entre 3 et 5 chaque année.

Deux féminines seulement ont obtenu cette récompense : Claire-Lise Heid en 2013 et Marie-Ange Beerens en 2014.

Records de participation

Le record absolu de participation date de 2008, avec 127 challenges distribués.
Quelques années de baisse très nette ont suivi, jusqu'à cette année 2014 qui a vu l'intérêt pour ce Challenge Individuel remonter en flèche et repasser la barre des "100", avec 110 cyclotes et cyclos récompensés.

Ce millésime marque en outre un record de participation pour notre club, les Cyclotouristes Saint-Mauriens (CSM), qui frôlent la trentaine de challenges homologués. Presque la moitié des licenciés du club, c'est un excellent résultat!

Quelques-uns des lauréats 2014 du Challenge OR. Il y avait 3 lauréats pour les CSM, dont 2 sur la photo, Alain C. et Olivier D.

Les chiffres du CSM

Les premières participations des Cyclotouristes Saint-Mauriens remontent à 2007, avec 7 lauréats.
  • En ARGENT : Jean-René Lelièvre.
  • En BRONZE : Frédérique Bénitah, Alain Cartier, Jean-Marc Dechaud, Daniel Diss, David Leichovitch, Jean-Louis Monchablon.
Détail remarquable : on compte 5 président(e)s du club sur les 7 premiers lauréats!

En 2008, de nouveau 7 lauréats, tous en bronze.

En 2009, aucun lauréat.

En 2010, 6 lauréats en bronze. Outre les fidèles (Frédérique B., Alain C., Jean-Louis M., Jean-René L.), on voit apparaître deux "petits jeunes" prometteurs : Laurence D. et Olivier D.!

En 2011, premier challenge OR pour le CSM grâce à Olivier (quand je vous disais qu'il promettait). Et surtout une participation en forte hausse : 16 trophées (1 OR, 8 ARGENT, 7 BRONZE).

2011 : Olivier en Or pour le CSM, avec les couleurs du club
En 2012, ce sont pas moins de 4 Saint-Mauriens en OR : Olivier, qui confirme, plus Alain C., Bernard C. et Jean-Pierre Le.
Au total, 15 trophées : 4 OR, 7 ARGENT, 4 BRONZE.

En 2013, année de recul avec 11 récompenses seulement, dont un seul OR (Olivier), 7 ARGENT et 3 BRONZE.

En 2014, c'est l'année record, avec 29 challenges homologués ! Deux GRAND OR (Marie-Ange B. et Claude S.), 3 OR (Alain C., Jean-Pierre Le. et Olivier D.), 10 ARGENT et 14 BRONZE.

2014 : GRAND OR = 2 sur 5 pour les Cyclos Saint-Mauriens! De g. à dr. : Bernard A. (Villeneuve-le-Roi), Claude S. (CSM), André B. (Boissy), Marius A. (Maisons-Alfort) et Marie-Ange B. (CSM)

Et les féminines du CSM?

2014 : Enfin voilà les filles en nombre !
  • GRAND OR : Marie-Ange.
  • ARGENT : Anne, Gabrielle, Laurence, Micheline.
  • BRONZE : Josy, Marie-Alex, Marie-Hélène.
Bon. Auparavant, elles n'étaient pas totalement absentes, grâce à Frédérique, Laurence, Marie-Alex… Mais là, on les voit pour de bon, nos féminines de choc et de charme!
Ça fait plaisir!

Et pourquoi pas, en 2015, encore plus de féminines du CSM au palmarès! Allez les filles!

Et Marius, qu'est-ce qu'il devient?
  • Lauréat du challenge "2000 km en l'an 2000".
  • Challenge OR de 2001 (création) à 2006.
  • Challenge GRAND OR depuis 2007 (création de cette nouvelle catégorie) jusqu'à 2014, série en cours…
Ça s'appelle de la constance et de la fidélité ou je ne m'y connais pas!

Et si on donnait à ce challenge individuel le nom de "Challenge Marius Auberger"? De son vivant bien sûr! Pourquoi attendre plusieurs décennies?
Quand j'ai parlé de mon idée à Marius, il m'a dit en riant : « Arrête tes c… ! »
Bon OK, j'arrête… (mais je trouve quand même que c'est une bonne idée!)

Claude
Photos personnelles (sauf mention contraire)

LIENS :

—> Lien pour en savoir plus sur le règlement de ce challenge individuel et la manière d'y participer.
—> Tous nos résultats (Claude et Marie-Ange)

dimanche 23 novembre 2014

RANDONNÉE SOUVENIR FERNAND LEROY, À BOULOGNE-BILLANCOURT

ORGANISÉ PAR L'ACBB

Je participais pour la deuxième fois à ce rallye au départ de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

En 2011, lors de ma première participation, le groupe dont je faisais partie — quelques membres de l'AS Brévannaise, mon ancien club — avait connu un certain nombre de mésaventures cocasses dont je m'étais amusé en rédigeant un petit article : une histoire de flèches.

Voilà pourquoi, dès le départ, j'ai voulu photographier le marquage au sol! Allait-on connaître les mêmes difficultés? (suspense!)

Attention au départ!
Pour être honnête, je me suis beaucoup moins perdu qu'il y a trois ans. Je ne me suis même pas perdu du tout ! Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé...

J'ai tout d'abord téléchargé la trace GPS trouvée par Jean-Pierre (Lu.) sur Openrunner (merci Jean-Pierre)... Mais ce n'était pas celle de cette année (Oh, Jean-Pierre!... On veut fourvoyer les copains?). Et hop! Trace GPS effacée...

Ensuite, ce fut le brouillard... Pas un brouillard à couper au couteau, certes. Mais juste cette saleté de concentration humide à hauteur des yeux... Vous savez, le genre que quand il n'y a plus de brouillard, vous croyez qu'il y en a encore car vous l'avez stocké sur les verres de vos lunettes.
Alors on s'arrête, on enlève les gants, on sort le mouchoir (les binoclards doivent toujours avoir un mouchoir en cas de brouillard), on essuie les lunettes, on remet les lunettes (Aaah! Miracle! Merci Jésus!), on range le mouchoir (on peut en avoir encore besoin!), on remet les gants...

Et deux minutes plus tard, tout est à recommencer! Pas facile, dans ces conditions, de voir les flèches jaunes de 10 cm de long peintes sur le sol!...

Autre tentative infructueuse pour m'égarer : je croyais avoir mémorisé correctement le parcours... en oubliant que je l'avais fait en regardant le parcours incorrect sur Openrunner... (on ne peut pas penser à tout). Mais Bernard C., mon compagnon de route du jour, ne m'a pas laissé faire, lorsque j'ai tenté de suivre mon inspiration au lieu de suivre les flèches…

Bernard au ravito de Châteaufort
J'ai tout de même réussi à entraîner mon poisson pilote dans un cul de sac, du côté de Gif-sur-Yvette, mais j'ai une excuse : j'ai vu une flèche qui disait de tourner à gauche! Et à gauche, il n'y avait qu'une impasse... (Euh!... Qu'on n'aille pas s'imaginer que cette remarque est délibérément d'ordre politique).

Flèche sournoise envoyant les pauvres cyclos crédules dans une voie sans issue
En fait, pas d'affolement, la bonne route ne se trouvait que 50 m plus loin... Vous contournez le rond-point où les feuilles mortes cachent les flèches, vous prenez le sens interdit à contre-courant, en empruntant la piste cyclable, sur le trottoir de gauche... Et le tour est joué! Fastoche!

En dépit de ces considérations bassement navigatrices, le parcours était très alléchant sur le plan du profil : près de 750 m de D+ en 82 km. Avec quelques belles côtes au programme : Vélizy (depuis Chaville), les Loges-en-Josas (depuis Jouy), la Vacheresse (depuis Gif-sur-Yvette), Limours (vers Pecqueuse), Magny-les-Hameaux (depuis St-Rémy), Châteaufort-village et, pour finir, l'Homme Mort (depuis Jouy-en-Josas).
De quoi régaler les avaleurs de bosses…

Bernard en haut de la côte de l'Homme Mort
Un des inconvénients de ce circuit, c'est son secteur citadin : quelques kilomètres de ville entre Boulogne-Billancourt et Chaville... Pas vraiment un problème à l'aller, très calme au lever du jour le dimanche matin... Plus délicat au retour : plus de circulation, plus d'allées et venues... C'est l'heure où les gens vont faire leurs courses.

Pont de Sèvres
En conclusion, ce fut une belle matinée de vélo en compagnie de Bernard, matinée qui s'est terminée sous un beau soleil, avec un retour au local Jacques Anquetil sur le coup de midi. Selon les résultats affichés, nous étions au total 286, dont 4 Cyclos Saint-Mauriens, Laurence et Olivier complétant le quatuor...

A propos, Laurence et Olivier... Pourquoi on vous a croisés à Magny-les-Hameaux??? Vous n'avez pas suivi les flèches???

Stèle Jacques Anquetil à Châteaufort
BONUS

À l'occasion de ce rallye, pour la première fois, j'ai franchi la barre des… 12 000 km dans l'année!

Je me trouvais à ce moment-là du côté de Vélizy…

Quelques kilomètres plus loin, à Châteaufort, j'ai photographié la stèle en mémoire de Jacques Anquetil. Sur le moment, je n'ai pas associé les deux faits… Mais quand on sait que ma passion pour le vélo est née il y a 50 ans, en écoutant à la radio les exploits de Maître Jacques sur le Tour de France 1964 (voir mon article à ce sujet)… Est-ce bien un hasard?

Il me reste un peu plus d'un mois pour savoir à quel niveau se situera mon nouveau record personnel sur un an…
La barre des 13 000? Sait-on jamais…

Affaire à suivre!

Claude
Photos personnelles

mardi 18 novembre 2014

PARIS-BAYONNE 2015 : UN GROS DÉFI EN PERSPECTIVE!

Ça y est, je suis inscrit!

C'est pour moi un gros défi. Mais cette fois, c'est décidé : pour l'année de mes 60 ans, je vais participer à Paris-Bayonne.
  • 10 jours de vélo (du 3 au 12 juin 2015).
  • 1470 km.
  • Environ 20 000 m de dénivelé positif.
  • De nombreux cols dans les Pyrénées, dont le Tourmalet, l'Aubisque, Aspin, Peyresourde, etc.
➜ Plus de détails sur mon site : Paris-Bayonne 2015.

La plaquette
Pendant des années, j'ai entendu parler avec envie du Paris-Nice Cyclo, épreuve proposée précédemment par les mêmes organisateurs : Aéroports de Paris, devenu aujourd'hui AAOC (= Airport Association Olympique Cycliste). À l'époque, il m'était impossible d'y participer, d'abord, très honnêtement, parce que je n'avais pas le niveau. Mais même si je l'avais eu, je n'aurais pas pu me libérer car j'étais encore en activité.

Ma participation à plusieurs épreuves exigeantes, comme l'Ardéchoise en 4 jours (2 fois) ou l'Euro PN en 2013 et 2014, m'a convaincu que j'étais capable d'enchaîner distances et dénivelés. L'heure est donc venue de relever le défi!

Il va falloir limiter la prise de poids au moment des fêtes et prévoir un entraînement sérieux cet hiver et au début du printemps. Mais je suis MO-TI-VÉ!!!

Claude
Documents AAOC

La carte du parcours

dimanche 16 novembre 2014

RALLYE VTT "LA MILLIACOISE", À ONCY-SUR-ÉCOLE (91)

Pour les routiers qui n'ont jamais participé à une organisation VTT, plus de 1000 participants pour un rallye, c'est assez difficile à imaginer ! C'était pourtant le cas ce dimanche à la Milliacoise, qui annonçait 1010 inscrits!

Du monde au ravitaillement
En ce qui concerne ma pratique cyclotouriste, ce rallye a permis un changement dans la continuité : après les cols, l'École!

L'École (qui n'a rien à voir avec les écoliers) est une petite rivière où le cresson est cultivé depuis plus d'un siècle.

L'École, à Oncy-sur-École
Les cancres ne me contrediront pas : ils devront bien reconnaître que l'École ne manque pas de charme.

Lavoir au bord de l'École, à Oncy-sur-École
Le début de ce parcours empruntait quelques chemins agricoles un tantinet gras. Pas de ceux où l'on s'embourbe... Plutôt patinage et dérapages à contrôler!

Mais très vite, on arrivait dans la forêt, où les chemins étaient beaucoup plus praticables.

Allée forestière
C'est dans ce secteur que j'ai été doublé par un fat bike, un nouveau type de vélo tout terrain équipé de pneus à très grosse section.

Fatbike (ou fat bike) sur la Milliacoise
Ce sont des pneus basse pression (moins de 0,5 bar), qui ont l'avantage d'offrir un maximum de motricité, d'adhérence et de confort, notamment en terrain meuble et/ou glissant. Ce type de vélo est particulièrement adapté pour le sable ou la neige.

Pub pour Fat bike (photo Internet)
J'ai eu l'occasion de le voir à l'œuvre dans une zone sablonneuse. Alors que nous étions en file indienne, roulant sur le côté du chemin, à l'endroit où le sable est le mieux damé, il nous a doublés avec une étonnante facilité, en roulant sur le sable très meuble en plein milieu de l'allée. Manifestement très efficace!

Recherche de la zone la plus "roulante"…
Au ravitaillement, j'ai eu l'occasion (et le plaisir) de rencontrer plusieurs vététistes de ma connaissance, en particulier mon "vieux" copain Pascal, de l'AS Brévannaise, avec qui j'ai commencé à partager de grands moments de VTT à partir des années 2003-2004... Ça ne nous rajeunit pas tout ça, hein, Pascal!

Avec Pascal
A proximité du ravitaillement, j'ai photographié une maison en bois, construite en pleine forêt. Esthétiquement, ça ne choque pas le moins du monde. En revanche, je me demande toujours comment des gens obtiennent des permis pour faire construire en pleine forêt…

La petite maison dans la forêt
Par la suite, j'ai eu à plusieurs reprises l'envie de m'arrêter pour photographier les paysages. Heureusement, je n'ai pas cédé à chaque fois à la tentation... Sinon, je n'avançais plus!

Aperçu d'un sentier et de la forêt
Je connais la forêt de Fontainebleau depuis environ 50 ans et je l'apprécie toujours autant. La caractéristique principale de cette forêt, c'est la présence de nombreux rochers, dont certains sont très prisés par les amateurs de varappe.

Les rochers de la forêt de Fontainebleau
Craignant que la pluie n'ait rendu certaines portions éprouvantes, je ne m'étais inscrit, prudemment, que sur le parcours de 37 km (il y avait aussi un "47" et un "58").

Les parcours de la Milliacoise 2014
Finalement, j'aurais sûrement pu faire un peu plus car j'étais de retour à 11h. Je ne regrette cependant pas mon choix, car j'avais perdu l'habitude des efforts propres au VTT : boue, sable, racines, montées exigeantes (il y avait plusieurs endroits où les pentes dépassaient les 15%, voire les 20%), sans oublier le nettoyage du vélo au retour!

Vélo à laver!
Bilan : malgré la distance relativement modeste, la grosse sieste ne fut pas superflue!

Claude
Photos personnelles


—> Toutes mes photos sur Flickr.

dimanche 9 novembre 2014

RALLYE DU CSM 13 AU PETIT CLAMART

Les Cyclos Super-Motivés du 13e arrondissement de Paris (CSM 13) nous accueillaient, comme à leur habitude, au rond-point du Petit Clamart, devant le restaurant "Chez Clément".

Rendez-vous au rond-point du Petit Clamart, avec Dominique, Claude, Alain R. (de l'AAOC) et Alain G.
Nous aurions pu être 13 du CSM pour le rallye du CSM 13, ce qui aurait été un joli clin d'œil... Qui s'est dégonflé???
Nous tairons pudiquement le nom du ou de la coupable, mais nous espérons qu'il ou elle se sentira visé(e).

Le parcours nous emmenait dans deux des plus belles vallées d'Île-de-France : la Vallée de la Bièvre et la Vallée de Chevreuse, un petit paradis pour les cyclos et aussi pour les compétiteurs, qui sont fort nombreux à s'y entraîner régulièrement. Certains du CSM se souviennent de s'y être souvent entraînés il y a plus ou moins longtemps (Alain G., Olivier, Claude).

En ce dimanche SANS PLUIE (Météo France s'est trompée!) : 55 km pour les uns, 65 pour les autres (Laurence corrige : 66,66! La précision des chiffres, c'est un métier!). Ça ne semble pas énorme mais quand on sait que le dénivelé positif, pour les deux distances, avoisinait les 650 m, on admettra avec Eric, que ça valait bien un "80", voire un "90" sur le plat…

Quant aux deux ravitaillements sur le parcours, c'était royal!

Au ravito de Villiers-le-Bâcle
Les principales côtes (à garder précieusement en mémoire pour ceux qui faisaient leur premier rallye dans cette région) : côte des Loges-en-Josas (depuis Jouy), côte de Cressely, côte de Boullay-les-Troux (depuis St-Rémy), côte de Villiers-le-Bâcle, côte finale du Bois de Verrières (avec des passages à 12%).

BRAVO À TOUS ET MERCI D'ÊTRE VENUS!!!

Texte et photos : Marie-Ange et Claude

PS : L'absent anonyme dénoncé plus haut a déclaré : « Zut ! J'ai raté les crêpes au chocolat! ». Jean-Pierre, c'est bien fait pour toi!!!

—> Toutes nos photos sur Flickr.

LE RÉSUMÉ EN IMAGES…

Le Petit Clamart : petit café avant de partir
Ravitaillement de Villiers-le-Bâcle : les filles ont la pêche!...
Et les gars ont la niaque!...
Pour son premier rallye hors 94, Dom (e) n'avait pas choisi la facilité!...
(Ici, au sommet de la côte de Villiers-le-Bâcle et toujours avec le sourire)
Accueil à l'arrivée, dans le bois de Verrières :
« Crêpe au Nutella, à la confiture, au sucre?... »
A l'arrivée : Des gars...
Des filles...
Un gars, une fille...
Et Marie-Alex , qui en termine avec un de ses rallyes les plus vallonnés!