samedi 27 mai 2017

LES GORGES DE L'AUVÉZÈRE, DORDOGNE

"HISTOIRE DE PÉDALER EN DORDOGNE PÉRIGORD"

Nous avons emprunté le circuit du jour à une brochure concoctée par le Comité Départemental FFCT de la Dordogne (CoDep 24), en partenariat avec le Conseil Départemental.

Histoire de pédaler…
Cette brochure propose 12 circuits, allant des circuits “famille” (entre 15 et 25 km) jusqu'aux randonnées itinérantes, telles que ”Le Tour du Périgord”, long de 577 km.

Nous avons choisi l'un des deux circuits “Vélo sportif” : «Les Gorges de l'Auvézère». La brochure nous a mis en garde : compte tenu des dénivelés importants « il convient d'avoir une bonne condition physique pour s'y risquer à vélo ».

Parcours extrait de la brochure
A partir des indications de la feuille de route, j'ai saisi les données sur Openrunner : 7392633. J'ai ainsi obtenu plus de précisions sur le côté “sportif“ de l'aventure. Selon Openrunner, ce sont 96 km et 1562 m de dénivelé positif qui nous attendent!
Pour ceux qui préfèrent naviguer à l'ancienne, voici la feuille de route, numérisée à partir de la brochure…

Feuille de route extraite de la brochure
Notre parcours

Conformément aux indications de la brochure, nous démarrons de Tourtoirac, par une première traversée de l'Auvézère.

L'Auvézère à Tourtoirac
Le circuit commence par une montée… suivie d'une descente pour arriver à Excideuil.

Château d'Excideuil
Sur la route de Dussac, je m'arrête brièvement pour fixer l'image d'un petit étang charmant, mais privé.

Sur la route de Dussac
Un petit château retient notre attention lors de notre passage à Dussac.

Château de Dussac
La route se poursuit, tranquille, jusqu'à Serrazac.

Serrazac
Les cultures fruitières sont différentes de celles que nous rencontrons habituellement dans notre Périgord Noir (noix, fraises…). Ici, en Périgord Vert, nous avons vu beaucoup de pommiers.

Pommiers
Au prix d'une belle descente, nous rejoignons la vallée de l'Isle. Cette rivière prend sa source en Haute-Vienne, au sud de Limoges, et se jette dans la Dordogne à Libourne. En chemin, elle arrose notamment Périgueux, chef-lieu du département de la Dordogne. Sur notre route se dresse de nouveau un petit château, à Montardy.

Château de Montardy
 Nous continuons à remonter le cours de l'Isle en direction de Jumilhac-le-Grand. La rivière y est un peu remuante, comme ici du côté du moulin de Loule.

L'Isle au moulin de Loule
Nous profitons de notre passage à Jumilhac-le-Grand pour nous réapprovisionner en boissons fraîches et pour faire tamponner notre carte de route de la randonnée permanente "Facettes du Périgord", dont un des circuits passe par ici.

Château de Jumilhac-le-Grand
Nous reprenons notre route et, en arrivant à Angoisse, nous nous disons que nous n'aimerions pas habiter dans une commune portant un nom pareil! Des chiens peu fréquentables et extrêmement sonores en remettent une couche! Ils nous font comprendre que nous ne sommes pas du tout les bienvenus. Bonjour l'angoisse!

Angoisse
Dès la sortie d'Angoisse, le joli nom du hameau de Chantalouette nous rassérène, en ramenant à notre mémoire le souvenir d'une sympathique chansonnette de notre enfance… « Alouette, gentille alouette, alouette… je te plumerai!!! » Brrr! Bonjour l'angoisse… pour les alouettes!

Chantalouette
Nous commençons à avoir faim. Le bourg de Payzac se trouve sur notre route à point nommé. Le boulanger et la boulangère nous y accueillent avec beaucoup d'amabilité : collation, rafraîchissements et parasol! Impec!

Boulangerie de Payzac
A la sortie de Payzac, une descente nous ramène jusqu'à l'Auvézère, que nous longeons un moment. Peu après, nous traversons un de ses affluents, le ruisseau des Belles Dames, qui nous inspire forcément une photo de circonstance!

Ruisseau des Belles Dames
Peu après, nous nous attardons longuement dans un endroit charmant, aux abords d'une ancienne forge du XVIIe siècle. Transformée en 1861 en papeterie industrielle pour la fabrication du papier de paille, la papèterie de Vaux apporte le témoignage d'une activité jadis florissante.

Papèterie de Vaux
Ce site industriel, devenu éco-musée, utilisait la force de l'eau du ruisseau des Belles Dames.

Le ruisseau des Belles Dames près de la Papèterie de Vaux
Si le site est indéniablement industriel, il n'en est pas moins champêtre…

Le ruisseau des Belles Dames près de la Papèterie de Vaux
Et nous voilà bientôt arrivés aux portes des Gorges de l'Auvézère à Savignac-Lédrier, dont le château domine élégamment les anciennes forges. Les machines étaient mises en mouvement par la force hydraulique fournie par la rivière. Cette force était cependant tributaire de débit saisonnier de l'Auvézère.

Château des Forges
Subjugués par le charme de l'endroit, nous nous y attardons longuement.

Chute d'eau sur l'Auvézère
Nous revenons sur nos pas pour remonter jusqu'à Savignac-Lédrier, puis nous prenons la route de Saint-Mesmin.

Saint-Mesmin
Une forte descente nous ramène à l'Auvézère que nous traversons pour remonter aussitôt sur le plateau qui domine l'autre rive. La pente est par endroits particulièrement sévère. La vue d'un charmant troupeau de poneys nous récompense de nos efforts.

Poneys
De nouveau, une forte descente nous fait plonger vers la rivière, que nous traversons une fois encore au pont du Pervendoux.

Moulin du Pervendoux
La montée qui suit confirme s'il en était besoin le caractère “sportif” de ce circuit : 2,4 km à 7% de pente moyenne. Quand on a déjà dans les jambes plus de 80 km avec 1300 et quelques mètres de dénivelé, ça pique un peu les cuisses.

D'ailleurs, peu après Génis, un lieu-dit au nom ambitieux enfonce le clou : «Les Montagnes»! Au cas où on ne l'aurait pas encore compris, nous ne sommes pas ici dans une région plate, il faut le savoir!… Cependant, après ce panneau, nous ne rencontrerons plus guère de montées. Ouf!

Les Montagnes
Revenus dans la vallée, nous traversons une fois encore l'Auvézère pour jeter un œil au Moulin de Guimalet, qui tire son nom d'un seigneur du XVe siècle, bâtisseur des lieux et titulaire d'un patronyme qui en jette : Gui Malet de la Jorie de Saint-Médard d'Excideuil.

Moulin de Guimalet
Le retour à Tourtoirac et à son abbaye est apprécié à sa juste valeur. Nous le fêtons avec une nouvelle consommation de boissons fraîches.

Abbaye de Tourtoirac
Le circuit est magnifique, riche de nombreux sites qui valent le détour. Notre seule déception concerne les "Gorges de l'Auvézère", géographiquement parlant. En effet, nous nous attendions à suivre au moins partiellement des gorges encaissées ou à surplomber la rivière en quelque belvédère, ce qui n'est pas le cas… Malgré cette légère réserve, ce parcours vaut vraiment le coup… à condition d'être suffisamment entraîné!

Claude
Photos personnelles et documents numérisés

LIENS :

➜ Toutes nos photos sur Flickr

➜ La trace sur Openrunner